❝ Honoré de Balzac ❞

Écrivain & Romancier Français 
(Tours 1799 ~ Paris 1850)

Honoré de Balzac : écrivain et romancier

Voici quelques-unes de ses meilleures citations :

Physiologie du mariage :
La puissance ne consiste pas à frapper fort ou souvent, mais à frapper juste.
En toute chose, l’on ne reçoit qu’en raison de ce que l’on donne.
Flâner est une science, c'est la gastronomie de l'œil.
Le grand secret de l'alchimie sociale, c'est de tirer tout le parti possible de chacun des âges par lesquels nous passons, d'avoir toutes ses feuilles au printemps, toutes ses fleurs en été, tous ses fruits en automne.
Pierrette :
La bêtise a deux manières d'être : elle se tait ou elle parle. La bêtise muette est supportable.
Modeste Mignon :
Pour savoir jusqu'où va la cruauté de ces charmants êtres que nos passions grandissent tant, il faut voir les femmes entre elles.
A dix-huit ans, l'amour ne jette-t-il pas son prisme entre le monde et les yeux d'une jeune fille ?
César Birotteau :
Le malheur est un marche-pied pour le génie, une piscine pour le chrétien, un trésor pour l'homme habile, pour les faibles un abîme.
En France, le provisoire est définitif.
ILLUSIONS PERDUES :
Un journal n'est plus fait pour éclairer, mais pour flatter les opinions.
Les gens généreux font de mauvais commerçants.
La résignation est un suicide quotidien.
L' Interdiction (1836) :
Son linge avait ce ton roux contracté dans l'armoire par un long séjour, et qui annonçait en feu madame Popinot la manie du linge suivant la mode flamande, elle ne se donnait sans doute que deux fois par an l'embarras d'une lessive.
Ursule Mirouët (1841) :
Si les idées sont une création propre à l'homme, si elles subsistent en vivant d'une vie qui leur soit propre, elles doivent avoir des formes insaisissables à nos sens extérieurs, mais perceptibles à nos sens intérieurs quand ils sont dans certaines conditions.
LA MAISON NUCINGEN :
Les lois sont des toiles d'araignées à travers lesquelles passent les grosses mouches et où restent les petites.
La Peau de chagrin (1831) :
Le sentiment que l'homme supporte le plus difficilement est la pitié, surtout quand il la mérite. La haine est un tonique, elle fait vivre, elle inspire la vengeance mais la pitié tue, elle affaiblit encore notre faiblesse.
Chacun à la prétention de souffrir beaucoup plus que les autres.
L'amoureux veut mettre sa maîtresse dans la soie, la revêtir d'un moelleux tissu d'Orient, et, la plupart du temps, il la possède sur un grabat
Depuis la mollesse d'une éponge mouillée jusqu'à la dureté d'une pierre ponce, il y a des nuances infinies. Voilà l'homme.
Madame Firmiani (1832) :
La perpétuité de l'envie est un vice qui ne rapporte rien.

Poème du jour : En secret j’ose aimer 

Par : Evy Godey-Lassalle

De toutes les façons,
Tu auras été l'exception,
L'être sans pareil
Qui raviva
Mes envies,
Mon sommeil,
Qui ranima
Ma vie.
De toutes mes décisions,
Tu fus ma soumission
La plus exquise,
Une douce gourmandise
Qui sala
Mes fantaisies
Et sucra 
Ma poésie.
De toutes les manières,
Je garderai nos hiers
Au gré d’un avenir
Qui peuple
Mon esprit,
Au creux des souvenirs
Qui esseulent
Mes nuits.
De toutes mes espérances
Tu es la fulgurance,
L’empreinte gravée,
L’évidence assumée
De mes métamorphoses,
Qu’en secret,
J’ose
Aimer.
Yeux bleus foncés
Evy Godey-Lassalle © Août 2014

L'Analyse : 

Malgré les apports et les éclaircissements incontestables de la psychanalyse depuis la fin du dix-neuvième siècle et ceux tout récents la sexologie, l’amour demeure le plus insaisissable et le plus énigmatique des sentiments humains. Et c’est pour cette raison qu’il est capable, comme l’ont si bien démontré Sigmund Freud ( 1956 – 1939 ), Carl Gustav Jung ( 1876 -1961 ) et Jacques Lacan (1901 – 1981 ), de marquer une vis entière dès la première enfance de l’individu. 
Ce qui expliquerait que chaque personne à l’âge adule aime à sa façon la plus singulière et que le sentiment qu’il éprouve au cours de cette expérience est inévitablement se présente comme un mélange parfois très hétérogène d’affects dont la plupart émanent de l’inconscient et remontent à différents étapes de la vie ,comme nous le constatons bien dans ce poème où l’amour exprimé explicitement (j’ose aimer ) est traversé par d’autres sentiments dévoilant des traits caractériels chez la locutrice ( celle qui parle dans le texte et non la personne de l’auteure ) très particuliers. 

Il y a d’abord le mot « caprice » qui dénote que cet amour n’est qu’un engouement passager et une attirance irréfléchie , ce qui expliquerait son extinction puisqu’il appartient au passé (qui raviva - qui ranima - je garderai nos hiers - des souvenirs qui esseulent mes nuits - empreinte gravée ). Et la caractéristique première du caprice est que le ou la partenaire n’est pas aimé en soi mais qu’il est utilisé pour satisfaire un égoïsme profond c.à.d. un moyen pour exprimer son amour pour soi-même.

Le second est la reconnaissance par la même locutrice du caractère changeant de sa personnalité (l’évidence assumée de mes métamorphoses ) qui confirmerait le bien-fondé de l’interprétation précédente. Et ce mélange semble être contradictoire du fait qu’un caprice est éphémère et ne laisse pas de traces tandis qu’il est décrit ici comme extrêmement persistant. Et ce qui rend cet état d’âme encore plus mystérieux est qu’il est vécu comme un secret bien gardé (en secret, j’ose aimer ). Ce continu nébuleux a conféré, au niveau du style, au texte un halo de clair obscur et l’a élevé à un haut degré poéticité.

Poème du Jour : Larmes d'Amour 

Tristesse par : Marie france Gobé 

Je reste là figée - perdue dans mes pensées 
Juste quelques mots - Voilà tu m'as quittée 
Sans te soucier de Moi - méprisant ma douleur 
Mon cœur saigne - j'ai mal et je pleure

Seule dans le noir - Une musique remplie de Nostalgie 
Rythmant mon désespoir et le vide de ma vie 
Cette musique me murmure de tristes harmonies 
J'aurai donné ma vie pour être près de Lui

Pourtant nous nous aimions d'un Amour sans pareil 
Comme j'aimerai encore pouvoir te dire Je t'Aime 
Les blessures que tu m'infliges sont pétales à mon cœur 
Je croyais avoir trouvé avec Toi le bonheur

Tu étais mon Amour - Ma Vie - Ma Passion 
Toi mon Fantôme du soir - mon horizon 
Désormais je remplirai mon cœur de ton silence 
Interminable Absence - Comprends tu ma souffrance

Les douleurs de l'Amour sont bien meurtrières 
Invisible au regard même quand l'âme se meurt 
Comment me vider l'esprit de toute cette rancœur 
Chaque jour sans ton Amour est pour moi un Enfer

Maintenant le ciel se met à pleurer 
Un orage dans ma vie tu m'as laissé 
Tout s'éteint dans mon corps - plus d'espoir 
Ne plus exister - Oublier ce cauchemar

Mais pourtant je sais - Toujours on s'aimera 
A distance - en silence - comme on pleure quelquefois 
Rien de mon cœur tu vois se passera de toi 
Personne ne saura qu'on a ce Chagrin là

Cependant je savais qu'on ne pouvait s'Aimer 
Le Destin - Encore Lui - à jamais nous a liés 
C'est l'histoire de deux Cœurs 
Qui  PAR AMOUR se meurent 


Image des Yeux triste avec larme
Copyright © MF Gobé

Poème : Cœur Naufragé


Cœur Naufragé d'une femme

Pardonnes moi si bien souvent je pleures
Tu ne sais la tristesse qui me ronge le cœur
💔
Cet Amour à distance, je ne peux supporter
Pour moi ce n'est pas la meilleure façon d'aimer
💔
Se dire Je t'Aime, mais ne pas se toucher
Se dire Je t'Adore, mais ne pas s'embrasser
💔
Ne pouvoir sentir ton corps contre le mien
Savoir que cet amour est sans lendemain
💔
Penser peut-être, dans mes rêves les plus fous
Qu'une bonne Fée veillera sur nous
💔
Je t'aime et mes mots sont des baisers
Que sur tes lèvres , je viens déposer
💔
Tu sais mon cœur, en ton amour j'ai confiance
Même si la vie ne nous accorde pas tant de chance
💔
Depuis le premier jour je n'ai cessé de t'aimer
Mais cet Amour, pourra-t-il résister
💔
Toi, mon grand Amour, je t'ai trouvé
Mais sans toi, à quoi sert d'exister
💔
Mon cœur, soyons lucides, cet amour ne peut vivre
Ne vaudrait-il pas mieux en refermer le livre
💝
Tous Droits Réservés 
 M-France Gobé




Jean-Nicolas-Arthur Rimbaud est né le 20 octobre 1854 à Charleville, dans les Ardennes, et mort le 10 novembre 1891 à l'âge de trente sept ans.

Quelques oeuvres de Rimbaud les plus connues :

Arthur Rimbaud - Auteur et poète français

Rimbaud Arthur. Le bateau ivre. ; 1871.

Célèbre poème d'Arthur Rimbaud (1854-1891), écrit en 1871 et publié pour la première fois par Verlaine, dans son étude sur "Arthur Rimbaud" parue dans la revue "Lutèce" du 2-9 novembre 1883 et reprise dans les "Poètes maudits" ("Trisan Corbière-Arthur Rimbaud-Stéphane Mallarmé"), Vanier, 1884. "Le bateau ivre" fut par la suite inclus dans les diverses éditions des "Poésies", dont la première ("Reliquaire, Poésies", 1891) préfacée par Rodolphe Darzens, fut faite à l'insu de l'auteur, alors qu'il agonisait à l'hôpital de Marseille. Ernets Delahaye, amis du poète, rapporte que sur la fin de septembre 1871, se trouvant à Cherleville, en compagnie de Rimbaud, ce dernier, à la veille de partir pour Paris, lui confia: "Voici ce que j'ai fait pour leur présenter en arrivant" et il lui récita "Le bateau ivre"; puis il ajouta tristment: "Oui, on n'a rien écrit de semblable, je le sais bien... Et cependant, ce monde des lettres, d'artistes! Les Salons! Les élégances!... Je ne sais pas me tenir... je ne sais pas parler... Oh! pour la pensée, je ne crains personne...". Pourtant, Rimbaud, qui avait à peine dix-sept ans, n'en était pas à son premier poème ni à son premier départ. Cette interrogation ne devait rien à la crainte; il faut y voir plutôt le pressentiment d'un échec, le sentiment profond d'une incompatibilité qui déjà se manifestait à travers les strophes du "Bateau ivre" et qu'un autre poème, celui de sa propre vie, allait dévoiler.

Car la poésie fut pour lui un geste naturel que par probité il se refusa d'exploiter; une démarche qu'il abandonna comme inefficace, ou plutôt, qui se modifia d'elle-même lorsqu'il atteignit, à l'âge d'homme, une nouvelle conscience du monde et de sa propre réalité.
On a beaucoup écrit sur ses sources présumées, et les amateurs de rébus n'ont pas manqué d'en situer l'inspiration, pour le thème et même pour le langage, dans les collections de magazines illustrées tels que le "Magasin pittoresque", dans les poèmes de Gautier, "La ballade du vieux marin", de Coleridge, "Les travailleurs de la mer", les romans de Jules Verne. Peu nous importe après tout de savoir que l'adolescent poète n'avait jamais vu la mer avant d'écrire le "Bateau ivre"; il nous suffira d'y apprendre qu'il aimait contempler les flaques et y découvrait autant de mystères et d'enchantements que dans tous les Océans réunis le moindre moreau de matière, le moindre reflet, une coloration, lui permettaient de connaître et de savourer d'avance les qualités possibles de l'univers. Les publications illustrées, certes il s'en nourrissait, mais plus omme supports de son imagination que comme modèles, les appréciant en tant qu'objets ayant une valeur d'excitants, ne retenant, comme preuve, que les motifs où il se reconnaissait lui-même. "Le bateau ivre" est une préfiguration de la destinée de Rimbaud dans la mesure où celui-ci demeura fidèle aux impulsions et aux images fondamentales qui commandèrent son comportement et firent sa personnalité. En fait, déjà nanti d'une expérience vécue, il tenta de donner avec ce poème, et pour la première fois dans son oeuvre, une synthèse à la fois allégorique et sensible de ses aspirations et de ses contradictions. Tous ses poèmes antérieurs, à l'exclusion du "Cœur volé", ébauche du "Bateau ivre", sont parfois visionnaires, mais demeurent en quelque sorte "réalistes", peints d'après nature, se définissant dans l'espace et le temps familiers. Ici par contre, nous entrons dans la durée où le présent devient une éternité qui engage l'être de façon totale, connaissance immédiate, voyage intérieur que le poète épuisera avec "Les illuminations" et "Une saison en enfer": "Elle est retrouvée? - Quoi? - l' éternité. C'est la mer mêlée au soleil".
Pour l'instant, s'il a cédé à l'appel des sirènes, s'il s'est choisi "voyant", il pressent, au premier pas de cette fugue d'un nouveau genre, tout ce qu'il risque et perd. Car ses aventures spirituelles ne furent jamais pour lui un jeu sans conséquences. En ce sens, après Nerval et Baudelaire, Rimbaud chargeait la vocation de Poète d'une signification et d'une gravité nouvelles.

Il redonnait aux mots un poids de chair, poussé par le même besoin de sincérité que cet autre adolescent, Lautréamont, bien que ce dernier ait oeuvré sur un autre plan, infiniment plus littéraire. Il n'était pas nouveau le symbole du "bateau voyageant sur l'océan de la vie" et les "Bâteaux-fantômes" hantaient depuis longtemps les mers de la littérature, mais jamais on ne l'avait chargé d'autant de réalité. Ce n'est plus un noble voilier que ce "Bateau ivre", mais une péniche, faite pour les fleuves et les haleurs; une embaration passive, abandonnée, inutile, Bateau amoureux de l'élément que par destination il doit vaincre, au point de s'y livrer, de s'en griser et de s'y perdre. Thème de l' Irresponsabilité (cher à la littérature de tous les temps mais à qui le XIXe siècle avait donné une valeur personnelle), avec ses corollaires de Malédiction, de Condamnation, et de Paradis perdu; ses attitudes justifiatrices de protestation, d'inspiration et d'inconscience, d'orgueil et de révolte; refus de participation que la sincérité envers soi-même transforme en une liberté plus concrète, à laquelle, dans ses propres limites, Rimbaud atteindra. La même lucidité qui lui faisait écrire à son ami Demeny, quelques mois avant de composer le "Bateau ivre": "Ne sachant rien de ce qu'il faut savoir, résolu à ne rien faire de ce qu'il faut faire, je suis condamné dès toujours, pour jamais", semble lui avoir dicté la conclusion du poème: "Si je désire une eau d' Europe, 'est la flache - Noire et froide où, vers le crépuscule embaumé - Un enfant accroupi, plein de tristesse, lâche - Un bateau frêle comme un papillon de mai - Je ne suis plus, baigné de vos langueurs, o lames, - Enlever leur sillage aux porteurs de cotons, - Ni traverser l' orgueil des drapeaux et des flammes, -Ni nager, sous les yeux horribles des pontons!" Mais entre temps, mêlant un exotisme aujourd'hui usé, qu'il a su cependant fixer dans sa forme naïve, à l'extase d'une communion avec les éléments, "plus soeurs que les cerveaux d'enfants", "Libre, fumant, monté de brumes violettes", baigant dans "le Poème de la Mer, infusé d'astres", il a vécu en raffiné un univers barbare et fantastique, et a "vu quelquefois ce que l'homme a cru voir".

Voilà pour la signification. Quant au langage, il lui est intimement associé. Rimbaud s'était créé sa matière. La forme fait corps avec le fond. Les assoiations de mots et d'images ne sont pas seulement des combinaisons de sonorités, l'expression d'une émotion musicale, mais la restitution d'un état consistant; ce qui explique la puissance évocatrice du poème et le différencie de la production des symbolistes contemporains. Et si quelques images sont trop dans le goût de l'époque, trop entachés encore de romantisme et de préciosité verbale (ce "baroque" s'incère toutefois assez bien dans le climat étrange, la tonalité inouïe dont le poème est imprégné), il en est d'autres qui, s'imposant avec la violence d'un jaillissement spontané, n'en sont pas moins d'une perfection définitive. Rimbaud pouvait dire: "On n'a rien écrit de semblable"; en effet, il échappait au discursif, à l'effusion sentimentale et musicale, utilisant un autre mode d'expression, plus riche, plus complet, opérant la mise au jour de ces "Correspondances" que Baudelaire avait révélées. Poème d'évasion et d'emprisonnement, témoignage de suave et d'amère perdition, et, en même temps, effort et désir d'échapper à ces obligations contradictoires en conservant sa propre intégrité: tel apparaît le "Bateau ivre".

Rimbaud Arthur. Illuminations. ; 1886.

Recueil poétique en prose d'Arthur Rimbaud (1854-1891), publié à Paris dans la Vogue, et en volume aux Éditions de cette revue en 1886. Dans l'édition des Poésies complètes (Paris, Léon Vanier, 1895), figurent des textes découverts plus tard et absents dans l'édition de la Vogue ainsi que dans la première effectuée par Vanier en 1892. Dans chacune de ces éditions, le recueil est précédé d'une "Notice" ou "Préface" de Paul Verlaine.

En 1875, lors d'une dernière rencontre à Stuttgart, Rimbaud remit à Verlaine le manuscrit des Illuminations, qui passa ensuite entre de nombreuses mains, avant d'être publié en 1886. Rimbaud, qui avait depuis longtemps renoncé à la poésie et vivait en Abyssinie, ignora cette publication. Selon le témoignage de Verlaine, l'ouvrage "fut écrit de 1873 à 1875" (Notice de l'édition 1886).
En effet, si quelques poèmes en prose sont antérieurs à ceux d'Une saison en enfer, il est désormais généralement admis que la plupart sont contemporains ou postérieurs. Cela n'interdit toutefois nullement de voir dans Une saison en enfer une sorte de testament poétique que les Illuminations corrigent ou prolongent.

Les textes des Illuminations - quarante-deux ou quarante-quatre, selon les éditions - sont, dans l'ensemble, relativement brefs et divisés en quelques paragraphes qui rythment la prose, scandent le parcours poétique. Plus rares sont les poèmes longs et comportant plusieurs sections tels que "Enfance", "Vies", "Veillées" ou "Jeunesse". L'organisation du recueil n'est pas due à Rimbaud mais au critique Félix Fénéon qui opéra un classement des feuillets épars confiés à la Vogue. L'ordre de succession des poèmes n'est donc pas en lui-même pertinent. La lecture du recueil permet toutefois de repérer des systèmes d'écho, des configurations signifiantes entre les textes : certains dessinent un univers urbain et moderne - "Ville", "Villes I", "Villes II", "Ouvriers", "les Ponts" -, d'autres un monde dans lequel la beauté naturelle et originelle a été préservée - "Aube", "Fleurs", "Marine" -; d'autres encore nous plongent dans l'enfance et la féerie - "Enfance", "Conte", "Royauté". Ainsi se créent une intelligibilité qui excède les limites d'un seul poème et une cohérence interne qui subsume le morcellement.

Le titre du recueil - que l'on ne trouve nulle part écrit par Rimbaud mais dont Verlaine a certifié l'authenticité, tout comme celle du sous-titre "coloured plates" [assiettes, plaques ou planches, coloriées ou peintes] - privilégie la vision. Selon Verlaine, les Illuminations font allusion aux enluminures populaires. Il est vrai que la poésie rimbaldienne s'ancre dans un imaginaire collectif et traditionnel qu'elle transmue, bien sûr, à sa manière, ce qui lui confère une tonalité parfois naïve, proche du monde de l'enfance. En outre, les textes se présentent le plus souvent comme émanant d'un regard particulier et requièrent du lecteur la contemplation partagée d'un spectacle.

Le poète s'apparente à un montreur, sans que l'on sache exactement si l'objet désigné préexiste au regard ou si c'est l'acte de nomination qui le fait apparaître: "Il y a une horloge qui ne sonne pas. / Il y a une fondrière avec un nid de bêtes blanches. / Il y a une cathédrale [...]" ("Enfance"). Le terme "illuminations" peut se rapporter également à ce pouvoir d'apparition des objets poétiques qui imposent leur éclat aussi bien aux yeux qu'à l'esprit.
Les nombreuses phrases nominales ou présentatives ont cette même valeur déictique : "C'est le repos [...] / C'est l'ami [...] / C'est l'aimée [...]" ("Veillées").

La perception visuelle n'est cependant pas exclusive dans les Illuminations, qui octroient notamment une large place au sens auditif. Le vocabulaire musical est très présent et donne matière à mainte image qui mêle les sensations. Ainsi, le spectacle initialement visuel du poème intitulé "les Ponts" intègre peu à peu des notations musicales: "Des accords mineurs se croisent [...] Sont-ce des airs populaires, des bouts de concerts seigneuriaux, des restants d'hymnes publics?" Ici encore, l'image se déploie en toute liberté et l'"illumination", révélation et hallucination tout à la fois, transfigure le monde: "La musique, virement des gouffres et choc des glaçons aux astres" ("Barbare").

La musique, c’est aussi celle que crée le texte, par ses rythmes et ses sonorités. Bien différente de celle prônée et pratiquée par Verlaine, la «musique savante» (“Conte”) de Rimbaud est heurtée, parfois cahotique, toujours diverse. Elle utilise par exemple l’assonance et l’allitération comme conducteurs de la parole poétique: «Fleurs qu’on appellerait cœurs et sœurs, Damas damnant de longueur» (“Métropolitain”). L’enchaînement et le heurt des sonorités semblent primer sur le sens pour créer une cohérence avant tout auditive. La musique des textes émane aussi de l’utilisation de termes étrangers: leur sens, là encore, importe moins que l’effet de rupture qu’ils produisent, qu’il s’agisse du «wasserfall blond» (“Aube”), des «desperadoes» (“Jeunesse”), des «fanums» (“Promontoire”) ou de titres tels que “Being Beauteous” et “Bottom”. Le mot rare a ce même pouvoir d’ébranlement et d’envoûtement: «Un souffle œuvre des brèches opéradiques dans les cloisons» (“Nocturne vulgaire”). De même, les fréquentes accumulations nominales confèrent à la prose des Illuminations une fluidité très particulière, à la fois vertigineuse — le flot énumératif semblant susceptible de se poursuivre indéfiniment — et accidentée — les allitérations venant souvent comme marteler la succession des vocables —: «Les éclats de neige, les lèvres vertes, les glaces, les drapeaux noirs et les rayons bleus, et les parfums pourpres du soleil des pôles» (“Métropolitain”). Enfin, cas plus rare, un poème tel que “Barbare” ne dédaigne pas la musique issue de la répétition d’une phrase refrain: «Le pavillon en viande saignante sur la soie des mers et des fleurs arctiques.» Mais ce principe est manié sans régularité, voire déconstruit, puisque les derniers mots du texte n’en réitèrent qu’une bribe initiale: «Le pavillon...»

Les titres des poèmes offrent quelques clés pour pénétrer dans l’univers rimbaldien. Même s’ils sont loin d’en épuiser d’emblée la teneur, et même si certains demeurent énigmatiques, ils dessinent de possibles trajets et délivrent quelques tonalités majeures du recueil. Ainsi “Enfance”, “Jeunesse” et “Vies” semblent-ils se répondre pour constituer une unité biographique, voire autobiographique. Seuls, avec “Veillées”, à être divisés en sections, ces trois textes voient émerger, plus ou moins amplement, une première ou une deuxième personne qu’il est tentant d’identifier au poète lui-même. Dans “Vies” surtout, le «je» est omniprésent, Rimbaud paraît livrer des fragments de son existence — «Dans un grenier où je fus enfermé à douze ans j’ai connu le monde» — et définir sa tâche poétique — «Je suis un inventeur bien autrement méritant que tous ceux qui m’ont précédé; un musicien même, qui ai trouvé quelque chose comme la clef de l’amour.» “Enfance” se présente tout d’abord comme un texte impersonnel mais, dans les deux dernières parties, «je» impose sa présence avec force; la formule «je suis», maintes fois répétée, scande le poème. Une identité s’affirme, se cherche et trace un itinéraire poétique en forme de parcours initiatique: «Je suis le saint», «Je suis le savant», «Je suis le piéton», «Je suis maître du silence». Dans “Jeunesse”, enfin, si le «je» est absent, le «tu» qui domine le texte est en fait le protagoniste d’un dialogue intérieur et représente donc encore le poète qui se parle à lui-même: «Tu te mettras à ce travail.»

Toutefois, cette transparence est toute relative et bien des passages de ces trois poèmes se dérobent à une lisibilité autobiographique. Cette poésie, toujours mouvante et déroutante, ne se laisse jamais emprisonner dans quelque système que ce soit. Certes, le travail poétique se désigne parfois lui-même dans les Illuminations mais de manière éparse, fragmentaire, souvent énigmatique, et les trois textes que nous venons d’évoquer ne sont pas les seuls à comporter de tels passages où le poète explicite et narre son expérience: «J’avais en effet, en toute sincérité d’esprit, pris l’engagement de le rendre à son état primitif de fils du Soleil, et nous errions, nourris du vin des cavernes et du biscuit de la route, moi pressé de trouver le lieu et la formule» (“Vagabonds”; les références à Verlaine, à la vie londonienne et aux errances des deux compagnons sont ici quasi transparentes).

Les titres des poèmes offrent également l’image d’un univers poétique à la fois moderne et sans âge. La modernité, c’est l’histoire contemporaine, avec des termes tels que “Démocratie” ou “Ouvriers”, et c’est aussi le monde urbain: deux poèmes s’intitulent “Villes”, un autre “Ville”, et “les Ponts” ou “Métropolitain” renvoient à ce même paysage avec son «épaisse et éternelle fumée de charbon» (“Ville”), «ses bruits de métiers» (“Ouvriers”) et sa «police» (“Villes I”). Volontiers descriptive, l’écriture enregistre alors le réel avec froideur et précision: «Un bizarre dessin de ponts, ceux-ci droits, ceux-là bombés, d’autres descendant ou obliquant en angle sur les premiers» (“les Ponts”); «On sert des boissons populaires dont le prix varie de huit cents à huit mille roupies» (“Villes I”). Le ton est celui du compte-rendu, comme si l’écriture cherchait à se dépouiller à l’extrême pour mieux laisser comparaître le monde, comme si le regard du sujet s’effaçait au profit de la réalité extérieure. Cependant, rien n’étant jamais stable ni définitif dans cette poésie, le spectacle purement visuel bascule vite vers une transfiguration imaginaire et la vision du témoin neutre devient celle d’un visionnaire. “Villes II” offre notamment le spectacle de villes — «Ce sont des villes», annonce d’emblée le texte — peuplées de mythiques personnages; la description, à partir de quelques repères réels, acquiert une dimension fantastique, parfois indéchiffrable: «Toutes les légendes évoluent et les élans se ruent dans les bourgs» (“Villes II”). La modernité rejoint ainsi le mythe, et ces poèmes sont donc moins étrangers qu’il n’y pouvait paraître à ceux qui prennent source dans l’univers des légendes, comme en témoignent certains titres: “Conte”, bien sûr, mais aussi “Antique” et “Après le Déluge”. Diverses mythologies se côtoient et engendrent un monde féerique. Dans “Après le Déluge”, par exemple, la référence biblique cohabite, par le biais d’«Eucharis», avec la Mythologie grecque et avec celle des contes puisque l’on voit paraître «Barbe-Bleue» aussi bien que «la Reine, la Sorcière». Cependant la magie des Illuminations n’est pas essentiellement faite d’emprunts. Les noms ou les figures traditionnelles sont là comme autant de clés, de formules rituelles qui ouvrent sur un monde échappant aux lois du quotidien et du réel, mais la poésie rimbaldienne engendre sa propre magie, son «défilé de féeries» (“Ornières”), avec ses «fleurs magiques» et ses «bêtes d’une élégance fabuleuse» (“Enfance”).

Parfois, la fable se déploie sur l’ensemble du poème et la continuité narrative invite à une interprétation parabolique. C’est le cas en particulier dans “Conte” et “Royauté”; mais de telles unités sont rares car Rimbaud préfère l’éclatement à la cohérence, le morcellement à la continuité.
Ainsi, la féerie des Illuminations naît surtout des réseaux sémantiques et thématiques qui se tissent d’un poème à l’autre. La récurrence de l’or et des pierreries crée une atmosphère de conte et un éclat visuel qui contribuent à la magie du recueil; on trouve ainsi dans “Fleurs” «un gradin d’or», «des pièces d’or jaune semées sur l’agate», «un dôme d’émeraude», «de fines verges de rubis». La magie procède aussi du monde du cirque et de la fête qui alimente de multiples visions, cosmiques et oniriques: «J’ai tendu des cordes de clocher à clocher; des guirlandes de fenêtre à fenêtre; des chaînes d’or d’étoile à étoile, et je danse»; «Il sonne une cloche de feu rose dans les nuages» (“Phrases”). Cette euphorie et cette exubérance des images ne vont pas sans violence. Les contes rimbaldiens sont souvent cruels et le sang, dans les Illuminations, est tout aussi présent que l’or. Les «fantasmagories» (“Métropolitain”) sont aussi fabuleuses qu’atroces.

Enfin, la poésie rimbaldienne se porte volontiers aux frontières de la déconstruction et de la dérision. Ainsi, le poème prosaïquement intitulé “Solde” se présente comme une litanie de camelot qui dilapide au rabais «l’immense opulence» poétique des Illuminations. Moins apparents, d’autres procédés, au détour d’une phrase, invitent à se méfier des mots, des clichés par exemple, que l’écriture exhibe comme en autant de grincements: «La haute mer faite d’une éternité de chaudes larmes» (“Enfance”), «Entouré d’un “luxe inouï”» (“Phrases”).

Chères aux surréalistes, qui ont pensé y déceler une pratique de l’écriture automatique — ce qui est sans doute incontestable pour certains textes mais ne peut être considéré comme un principe systématique —, les Illuminations constituent un texte fondateur pour l’ensemble de la poésie moderne.

Rimbaud Arthur. Lettre du voyant. ; 1871.

Lettre célèbre du poète Arthur Rimbaud (1854-1891), qu'il adressa le 15 mai 1871 à son ami Demeny, et dans laquelle il expose sa conception de la poésie et son intention de se faire "voyant" (d'où le titre donné par les commentateurs à cette Lettre, publiée par Paterne Berrichon dans la "NRF" en octobre 1912). On la considère à juste titre comme la plus importante des lettres de Rimbaud qui nous aient été conservées : elle dépasse en effet le cadre de l'oeuvre rimbaldienne et marque une sorte de révolution de la poésie, le point de départ des aspirations poétiques modenres, une nouvelle conception de la création artistique. On peut penser aussi qu'elle marquait un aboutissement et résumait, de façon explicite, un long travail de libération et de lucidité, amorcé à la fin du XVIIIe siècle et poursuivi par les romantiques et les néo-romantiques. Plus particulièrement, elle annonce et éclaire "Le bateau ivre", composé en septembre 1871, avant le départ de Rimbaud pour Paris, les "Illuminations", "Une saison en enfer" et nombre de ses poèmes. De retour à Charleville après une troisième fugue, Rimbaud adressait le 13 mai 1871, à son ancien professeur Izembard, une lettre qui renfermait déjà les termes et les thèmes développés dans sa lettre du 15 à Demeny. Dans cette dernière, après avoir soumis à l'appréciation de son ami un de ses derniers poèmes, -Chant de guerre parisien", Rimbaud annonce: "Voici de la prose sur l'avenir de la poésie". Toute poésie antique, dit-il, aboutit à la poésie grecque. De la Grèce au mouvement romantique, c'est le règne des lettrés et des versificateurs, "avachissements et gloire d'innombrables générations idiotes"; et il condamne, hormis Racine, un jeu "qui a duré deux mille ans". Quant aux romantiques, il souligne e que leurs oeuvres comportent d'involontaire et d'imparfait. Pour lui, "JE est un autre. Si le cuivre s'éveille clairon, il n'y a rien de sa faute. Cela m'est évident: j'assiste à l'éclosion de ma pensée: je la regarde, je l'écoute... La première étude de l'homme qui veut être poète est sa propre connaissance, entière: il cherche son âme, il l'inspecte, la tente, l'apprend. Dès qu'il le sait, il doit la cultiver! Cela semble simple... Mais il s'agit de se faire l'âme monstrueuse... Le Poète se fait "voyant" par un long, immense et raisonné "dérèglement de tous les sens". Le poète atteint ainsi à l' "inconnu" et s'il risque sa raison dans cette quête, il aura du moins ses visions: "Qu'il crève dans son bondissement... viendront d'autres horribles travailleurs; ils commenceront par les horizons où l'autre s'est affaissé!". 
En cet endroit, après avoir intercalé un autre poème, -"Mes petites amoureuses", - Rimbaud reprend sa conception prométhéenne du poète voleur de feu, résolu à rapporter de "là-bas" des inventions inouïes, avec ou sans formes. Il s'agit de trouver un langage, une sorte de langage universel dont il annonce l'avènement: "Cette langue sera de l' âme pour l' âme, résumant tout, parfums, sons, couleurs, de la pensée accrochant la pensée et tirant". En fait, on décèle ici l'intention de Rimbaud de dépasser la contradiction, pour atteindre à leur source et restituer la matérialité vivante, conciliser les élans dionysiaques et la lucidité critique, retrouver la connaissance et la liberté naturelles, la source originelle de création. "Toujours pleins du "Nombre" et de "L'Harmonie", ces poèmes seront faits pour rester... La Poésie ne rythmera plus l' action; elle "sera en avant". La Poésie devient ainsi pensée en acte, volonté de connaissance, une conquête, avec tout ce que cela exige de luttes, de dangers, de courage, d'efforts de science et d'organisation: le Poète, homme seul, se sacrifie à l'avenir de la connaissance. A l'instar du Christ, héros individuel, le Poète rachète consciemment l' ignorance du monde de son temps, en acceptant sa vocation avec ce qu'elle implique d'extraordinaire, de "monstrueux", de rejet des lois communes. Cette attitude va tourmenter Rimbaud pendant encore quelques années. Après avoir exprimé une idée qu'il reprendra dans "Une saison en enfer" sous d'autres formes la liberté de la femme ("Quand elle vivra par elle et pour elle... elle sera poète aussi"), il revient au présent, définissant le but de la poésie contemporaine, quête de nouvelles idées et de nouvelles formes. Avec une étonnante perspicacité et une pénétrante intelligence critique, en quelques lignes, il classe les poètes de son temps, reconnaissant à Hugo une authenticité de visionnaire dans ses derniers poèmes, dénonçant impitoyablement Musset en qui il voit l'antithèse de la poésie de l'avenir; mais c'est Baudelaire qu'il sacre "voyant", roi des poètes, "un vrai Dieu", non sans quelques réserves sur les formes de son art ("Les inventions d'inconnu réclament des formes nouvelles"). 

Il énumère ensuite ironiquement une série de poètes Parnassiens que l'avenir devait condamner effectivement à l'insignifiance ou à l'oubli: deux seuls voyants, pour lui, dans cette nouvelle école, Albert Mérat et Paul Verlaine, qu'il allait onnaître quelques mois plus tard, à Paris. Ainsi, dit-il, à Demeny, je travaille à me rendre "voyant". Et la lettre s'achève sur un dernier poème : "Accroupissements", -raillant les faux penseurs. Avec cette lettre, qui révèle l'étonnante lucidité de ce poète de dix-sept ans, Rimbaud dépassait son époque, non seulement dans le domaine esthétique, mais dans celui de la pensée, en cherchant à redonner à la poésie, son unité et sa réalité d'acte essentiel, de connaissance immédiate, à travers l'expérience des formes et des sensations. Au regard de ces quelques pages, lourdes de signification, les autres lettres de Rimbaud, adressées pour la plupart à sa famille, nont d'intérêt que biographique: le caractère marquant de cette abondante correspondance est, après 1875, une différence totale de ton, essentiellement neutre, et l'abandon de tout question d'intérêt littéraire; elle ne peut cependant être dissociée de l'oeuvre, brève mais fulgurante, dont elle constitue en quelque sorte l'envers et le contrepoint dans la mesure où le comportement de l'homme se trouvait déjà impliqué dans celui de l' adolescent.

Rimbaud Arthur. Lettres. 

Ensemble de lettres d'Arthur Rimbaud (1854-1891), publiées dans diverses revues à partir de la première décennie du XXe siècle, le plus souvent à Paris par Paterne Berrichon.

Rimbaud n'est pas un épistolier prolixe: la correspondance du poète n'accompagne pas de façon constante et nécessaire la création littéraire, comme c'est par exemple le cas pour Flaubert ou Gide. Dictées surtout par les circonstances - demande de livres ou d'argent, nouvelles à la famille - et par la solitude - à Charleville puis en Afrique -, les lettres de Rimbaud ne forment pas véritablement une correspondance d'écrivain mais constituent un précieux document biographique et esthétique.

Les lettres de Rimbaud n'ont pas toutes été retrouvées, si bien que leur succession chronologique et leur répartition en fonction des destinataires ne sont pas toujours l'exact reflet de l'existence du poète. A partir de 1878, la correspondance témoigne toutefois de la rupture survenue dans la vie de Rimbaud et de sa décision de renoncer à la poésie. Cette année inaugure en effet une longue série de lettres adressées exclusivement aux siens et décrivant ses voyages, puis surtout sa vie quotidienne en Afrique à partir de 1880. Les lettres précédant cette période forment un ensemble distinct.
Porteuses de l'enthousiasme et de la révolte du collégien puis du jeune poète, elles sont souvent accompagnées de poèmes et de préférence adressées à Georges Izambard, professeur de rhétorique à Charleville dont Rimbaud fut l'élève, et à Paul Demeny, un jeune poète de Douai.

Parmi les lettres de Rimbaud, celle adressée le 15 mai 1871 à Paul Demeny occupe une place à part. Plus longue que les autres, elle contient en effet l'exposé d'une sorte d'art poétique, déjà esquissé dans une lettre à Georges Izambard du 13 mai. Rimbaud y définit le poète comme un voyant: "Le poète se fait voyant par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens.
Toutes les formes d'amour, de souffrance, de folie; il cherche lui-même, il épuise en lui tous les poisons pour n'en garder que les quintessences." La poésie est expérience radicale de soi et du monde. Il ne s'agit pas simplement d'écrire mais de "trouver une langue", ce qui engage l'être entier. Le poète est explorateur des limites et il a pour tâche de découvrir l'inconnu. Son chemin est périlleux et douloureux, car son ascèse morale inversée s'apparente à une descente en enfer. Loin toutefois de la conception malheureuse du poète romantique vilipendé par Rimbaud, cette vision prométhéenne du poète "voleur de feu" et "multiplicateur de progrès" est pleine d'élan et d'enthousiasme.

Poète de la rupture, Rimbaud affirme l'illogisme de l'écriture poétique, ses liens étroits avec la déviation, l'instinct, et sa vocation de découverte: "La poésie ne rythmera plus l'action; elle sera en avant." La lettre-programme à Paul Demeny ouvre la voie de la poésie moderne et permettra notamment aux surréalistes de se réclamer du poète.

Rimbaud Arthur. Poésies. ; 1892.

Ensemble des textes poétiques en vers d'Arthur Rimbaud (1854-1891), publié à Paris en 1892; réédition chez Vanier en 1895, avec une Préface de Paul Verlaine, sous le titre de Poésies complètes. En 1891, une édition intitulée Reliquaire. Poésies avait paru chez Léon Genonceaux mais elle avait été rapidement retirée du commerce.

Rimbaud n'a jamais rassemblé et ordonné ses poèmes afin d'en publier un recueil; et son oeuvre, lorsqu'elle a échappé au reniement ou à la destruction à laquelle il la vouait souvent, comporte des ensembles de provenances et de périodes diverses. Quand il n'a pas regroupé ses poèmes, c'est l'ordre
chronologique de la composition qui prévaut, à condition toutefois que les dates soient précisées sur les textes ou puissent être retrouvées.

"Les Étrennes des orphelins" sont le premier poème connu de Rimbaud; il fut publié dans la Revue pour tous le 2 janvier 1870. Le "Cahier de Douai", appelé aussi "Recueil Demeny", rassemble des poèmes que l'auteur, en septembre puis octobre 1870, entreprit de copier à l'intention du jeune poète Paul Demeny, à Douai, chez les tantes de son professeur Izambard qui l'avaient accueilli après ses fugues. Cet ensemble contient vingt-deux pièces, la plupart datées de l'année 1870 - "les Étrennes des orphelins" n'y figurent pas. Il s'ouvre sur "Première Soirée" - publié sous le titre "Trois Baisers" dans la Charge le 13 août 1870 - et se termine par "Ma bohème". Il comporte des textes, le plus souvent en alexandrins, de longueur et d'inspiration diverses parmi lesquels "Sensation", "Ophélie", "Bal des pendus", "Vénus anadyomène", "Roman", "le Dormeur du val". Durant l'été 1871, Rimbaud demande à Demeny de brûler le "Cahier de Douai" qu'il juge désormais dépassé. En effet, à la fin de l'année 1870 et durant l'année 1871, de nouveaux poèmes ont vu le jour : "les Assis", "les Premières Communions", "le Bateau ivre", "Voyelles". Enfin, un dernier ensemble d'une quinzaine de poèmes écrits sans doute en 1872 fut publié avec les Illuminations. Ces textes poétiques, certainement indépendants des poèmes en prose des Illuminations, sont désormais recueillis séparément sous le titre de "Vers nouveaux" ou de "Derniers Vers". On y trouve notamment "Larme", "la Rivière de Cassis", "Comédie de la soif", "Fêtes de la patience", "Honte".

Le "Cahier de Douai" comporte des pièces encore relativement traditionnelles dans leur facture. Le vers - en général l'alexandrin et parfois l'octosyllabe - est régulier et les formes de l'ode et du sonnet sont largement représentées. Certains poèmes, d'ailleurs contigus, s'inscrivent explicitement dans la tradition littéraire: "Ophélie", "Bal des pendus", "le Châtiment de Tartufe". L'originalité et la force d'une voix s'imposent toutefois. Cette voix est celle de la jeunesse: "On n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans" ("Roman"), "Dix-sept ans! Tu seras heureuse!" ("les Reparties de Nina"). Un élan sans borne, que "Roman" développe sur le mode "pas sérieux" et "Ophélie" sur le mode tragique, anime tout le recueil. Ouverte sur l'infini des possibles, la poésie rimbaldienne se conjugue volontiers au futur, temps de l'absolue liberté: "Par les soirs bleus d'été, j'irai par les sentiers / [...] Je laisserai le vent baigner ma tête nue" ("Sensation"), tandis que le présent frémit de l'imminence d'une promesse: "Nuit de juin! Dix-sept ans! - On se laisse griser. / La sève est du champagne et vous monte à la tête... / On divague; on se sent aux lèvres un baiser / Qui palpite là, comme une petite bête" ("Roman"). L'objet de cet ardent désir, toujours en alerte, c'est l'expérience amoureuse, bien sûr, que "Première Soirée", "Roman", "Rêvé pour l'hiver" ou "la Maline" développent dans un registre de badinage érotique et "les Reparties de Nina" dans un registre bucolique et sentimental. Mais l'expérience majeure, à la fois poétique et vitale - ces deux aspects sont toujours indissociables chez Rimbaud -, est celle du voyage, ou plus exactement de la marche dépourvue de but précis, sans trêve, portée en avant : "Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées; / Mon paletot aussi devenait idéal; / J'allais sous le ciel, Muse! et j'étais ton féal; / Oh! là ! là ! que d'amours splendides j'ai rêvées!" ("Ma bohème"). "Au Cabaret vert" et "Sensation" disent cette même euphorie d'un corps à corps avec le monde pourvoyeur d'une ivresse cosmique. Profondément ancré dans la matérialité de la sensation, cet univers poétique exclut l'idéalisme. Ainsi, Ophélie meurt pour avoir fait de trop beaux rêves, dont d'autres poèmes dénoncent le leurre avec cynisme. Le sonnet "Vénus anadyomène" joue la provocation pour tourner en dérision la divinité qu'un précédent poème, "Soleil et chair", célébrait avec vénération: "Les reins portent deux mots gravés: "Clara Venus"; / - Et tout ce corps remue et tend sa large croupe / Belle hideusement d'un ulcère à l'anus."
"Les Reparties de Nina", après un long discours attribué à "Lui" et dépeignant les charmes d'un amour pastoral, vient buter sur cette ultime et laconique réponse: "Elle - Et mon bureau?" Grinçante et révoltée, la poésie rimbaldienne fustige les misères du monde contemporain: "+ la musique" est une satire des "bourgeois poussifs", "les Effarés" et "le Dormeur du val" offrent le tragique spectacle de la faim et de la guerre.

Plus audacieux à tous égards, les poèmes de 1871 poussent plus loin la charge ironique et le sarcasme. "Les Assis" ou "Accroupissements", dont le titre désigne symboliquement la médiocrité, dressent d'impitoyables et grotesques portraits. La religion surtout est l'objet d'agressives invectives, notamment dans "les Pauvres à l'église" ou "les Premières Communions". Résolument irrévérencieux, le poème blasphème, associant le Ciel à la déjection: "Je pisse vers les cieux bruns, très haut et très loin" ("Oraison du soir"). Le vocable, matière à part entière, prend littéralement corps. Ainsi, le sonnet "Voyelles" fait de la lettre une matière sensible dont le poète a le secret, connaît "l'alchimie": "A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu: voyelles, / Je dirai quelque jour vos naissances latentes." + grand renfort d'assonances, d'allitérations, de mots rares et compliqués, la profusion verbale sature le texte: "Un hydrolat lacrymal lave / Les cieux vert-chou: / Sous l'arbre tendronnier qui bave [...], / Vos caoutchoucs" ("Mes petites amoureuses"). Les mots et le rythme qu'ils imposent acquièrent alors une présence telle que, pouvoir de la magie et de la révolte destructrice du poète, le sens est au bord de l'anéantissement: "Ils ont schako, sabre et tam-tam / Non la vieille boîte à bougies / Et des yoles qui n'ont jam, jam..." ("Chant de guerre parisien"). "Le Bateau ivre", longue coulée d'alexandrins à la première personne, témoigne de la force de cette écriture dont l'exubérance excède la logique et la signification pour imposer la vision radieuse et hallucinée du poète voyant: "Et j'ai vu quelquefois ce que l'homme a cru voir!"

Plus dépouillés, les "Vers nouveaux" déploient une parole qui semble soumise à la spontanéité de son propre flux: "Et toute vengeance? Rien!... - Mais si, toute encor" ("Qu'est-ce pour nous, mon cœur..."). Rudimentaire, la syntaxe mime les sauts de la pensée. Des répliques s'échangent, simples et rapides, au rythme d'un dialogue ou d'un monologue intérieur. La phrase, nominale, pose l'évidence d'énigmatiques objets: "Plates-bandes d'amarantes jusqu'à / L'agréable palais de Jupiter" ("Plates-bandes"). Le présent est de même utilisé pour montrer, pour faire advenir des présences, ici et maintenant dans le texte: "La chambre est ouverte au ciel bleu-turquin; / Pas de place : des coffrets et des huches! / Dehors le mur est plein d'aristoloches / Où vibrent les gencives des lutins" ("Jeune Ménage"). L'impression d'immédiateté est également créée par de multiples adresses qui font du poème une sorte d'urgente sommation: "Viens, les Vins vont aux plages / Et les flots par millions! / Vois le Bitter sauvage / Rouler du haut des monts!" ("Comédie de la soif"). Ici encore, le mouvement impose son rythme et sa nécessité mais avec une ardeur plus précipitée et impérieuse que dans les poèmes précédents; la soif et la faim, métaphores de toute aspiration, sont omniprésentes. Les "Vers nouveaux" ont en outre une apparence parfois verlainienne et les allusions au poète ami sont, dans "Honte" par exemple, presque explicites : c'est que Rimbaud les compose auprès de Verlaine, qui écrit alors les Romances sans paroles. Ces pièces comportent maintes allusions au chant, et certain d'entre-elles - par exemple "Fêtes de la patience", du fait de la brièveté métrique et de la reprise de certains vers ou de strophes entières qui prennent l'allure de refrains -, s'apparentent à la chanson. Cependant, l'esthétique rimbaldienne demeure radicalement distincte de celle de Verlaine et le dépouillement des "Vers nouveaux" n'a rien d'un affadissement. La poésie est comme plus brute, âpre et tendue. Cette ultime simplicité porte Rimbaud au seuil de la dépossession - "Que comprendre à ma parole ? " ("O saisons, ô châteaux") - et du silence.

Rimbaud Arthur. Un coeur sous une soutane. ; 1924.

Intimités d'un séminariste. Récit d'Arthur Rimbaud (1854-1891), publié à Paris dans la revue Littérature en 1924, et en volume, avec une préface de Louis Aragon et André Breton, aux Éditions Ronald Davis la même année.

Encore trop souvent négligé par les éditeurs ou les commentateurs, ce texte ne fut connu que tardivement. Le manuscrit appartenait à George Izambard, à qui l'auteur l'aurait confié en 1870. Verlaine, qui en connaissait pourtant l'existence, n'a jamais mentionné cette oeuvre dans les travaux qu'il a consacrés à Rimbaud. Récit composé par un adolescent impitoyable et révolté, Un cœur sous une soutane s'inspire d'un fait réel: la présence au collège de Charleville, où Rimbaud effectue sa scolarité, de jeunes séminaristes.

Le récit se présente sous la forme d'un journal intime. Un jeune séminariste conte sa vie au séminaire, où il en est en proie aux cruelles moqueries de ses camarades, et son amour pour Thimothina Labinette, rencontrée au cours d'une visite effectuée par le jeune homme chez le père de celle-ci. Très épris et persuadé que ses sentiments sont partagés, le séminariste ne voit pas que Thimothina le trouve ridicule et sale (elle lui offre des chaussettes après d'évidentes allusions à l'odeur incommodante de ses pieds). Un an après, il est devenu prêtre; il n'a pas revu Thimothina mais il conserve un tendre souvenir de la jeune fille ainsi que son cadeau (les chaussettes n'ont pas quitté les pieds du jeune homme depuis un an...).

Un coeur sous une soutane est une virulente satire, à la fois religieuse, sociale et littéraire, où Rimbaud tourne en dérision aussi bien la foi que l'institution du séminaire. Il parodie également le lyrisme romantique : les vers que se plaît à composer le séminariste sont des plus ridicules et le récit est une référence transparente au Jocelyn de Lamartine, journal d'un prêtre relatant un amour de jeunesse. La grivoiserie du texte, avec ses allusions aux plaisirs solitaires des séminaristes ou à la pédérastie du supérieur, la crudité de certaines notations - notamment celles relatives aux émanations malodorantes des pieds -, ainsi que le cocasse décalage entre l'aveugle idéalisme du jeune homme et le prosaïsme vulgaire de ses expériences réelles - le portrait émerveillé qu'il fait de Thimothina dessine en fait, pour le lecteur, la figure d'un laideron disgracieux - relèvent d'une verve de collégien euphorique et perverse.

Toutefois, au-delà de cette provocation quelque peu convenue, l'écriture de Rimbaud laisse apercevoir ses traits propres. Exacerbé, rageur, l'élan d'une jeunesse impétueuse et à vif anime tout le texte, sans pitié pour la médiocrité de son piètre héros, mais sans indifférence pour l'ardeur du désir qui l'habite.

Rimbaud Arthur. Une saison en enfer.

Recueil de poèmes en prose d'Arthur Rimbaud (1854-1891), publié à compte d'auteur à Bruxelles par l'Alliance typographique en 1873; réédition avec les Illuminations, précédées d'une notice de Paul Verlaine, à Paris chez Vanier en 1892.

Cet ouvrage, pour lequel Rimbaud avait initialement songé à d'autres titres, est un recueil de "petites histoires en prose, titre général: Livre païen, ou Livre nègre" (lettre à Ernest Delahaye, mai 1873). Il apparaît, à bien des égards, comme un testament poétique et c'est d'ailleurs le seul de ses textes que l'auteur ait tenu à publier de son vivant. Rédigé entre avril et août 1873, il s'inscrit dans la période tourmentée qui, après les coups de revolver de Verlaine dirigés contre Rimbaud, se termina par la rupture définitive des deux amis. Le poète ayant omis d'acquitter la totalité des frais auprès de l'imprimeur, un grand nombre d'exemplaires, sur les cinq cents qui furent tirés, demeurèrent chez ce dernier. Contrairement à une légende tenace, Rimbaud ne détruisit donc pas totalement Une saison en enfer; en brûlant les quelques exemplaires qu'il possédait, c'est bien toutefois l'ensemble de son oeuvre qu'il vouait symboliquement à l'autodafé.

Le recueil s'ouvre sur un poème dépourvu de titre qui s'apparente à un prologue et dédie à Satan ce "carnet de damné". Viennent ensuite huit poèmes de longueur inégale, dont certains sont divisés en sections alors que d'autres se présentent d'un seul tenant. "Mauvais Sang" dresse une sorte d'autoportrait chaotique et provocant du poète. Celui-ci, après avoir "avalé une fameuse gorgée de poison", fait l'expérience de la "Nuit de l'enfer". Dans "Délires I", le "je" devient l'"époux infernal" d'une "vierge folle" qui le décrit à travers sa "confession" pleine d'amour, voire d'idolâtrie, et de souffrance.
Dans "Délires II", le "je", dès les premiers mots - "+ moi" -, reprend la parole pour retracer son parcours poétique qu'il semble renier. Le dernier poème, "Adieu", apparaît enfin comme un épilogue qui met un terme au recueil, si ce n'est à la totalité de l'entreprise poétique.

On a souvent voulu voir dans Une saison en enfer un texte autobiographique relatant notamment l'aventure avec Verlaine, dont la "vierge folle" serait l'un des avatars. Il s'agit certes d'un texte-bilan et, pour Rimbaud surtout, la poésie étant inséparable de la vie, l'on ne peut nier la prégnance du vécu
dans l'écriture. Mais elle s'en nourrit plutôt qu'elle ne prétend le transcrire. La poésie rimbaldienne n'est rien moins qu'anecdotique et vouloir la déchiffrer comme un cryptogramme est d'une pertinence limitée. Au-delà des faits et des allusions, ce texte bouleversé et bouleversant, mais sans sensiblerie aucune, interroge la vie et l'acte créateur dans le souci de les porter à l'extrême, jusqu'à l'"impossible".

Pressé par une urgence inhérente à son être même: "Vite! est-il d'autres vies?", le poète, toujours "en marche", parle une langue heurtée. Les phrases nominales, nombreuses, précipitent le rythme : "Allons! La marche, le fardeau, le désert, l'ennui et la colère." Délaissant la syntaxe et ses constructions, la prose rimbaldienne ne nomme que l'essentiel, proféré comme en autant de cris que la répétition rend plus lancinants encore: "Cris, tambour, danse, danse, danse, danse! [...] Faim, soif, cris, danse, danse, danse, danse! " La parole surgit comme un arrachement primitif, comme un élan que la nécessité impose et que le poète, à l'écoute, transcrit en son état le plus rudimentaire: "Mais non, rien. [...] Ah! encore." La poésie atteint ainsi une force brute, énigmatique et sacrée: "C'est oracle, ce que je dis." L'acte poétique est cependant dépourvu de passivité. Certes, le refus de tout travail est affirmé, y compris celui de la plume: "J'ai horreur de tous les métiers.
[...] La main à plume vaut la main à charrue. - Quel siècle à mains! - Je n'aurai jamais ma main", et le but de la création n'est pas d'ordre esthétique: "Un soir, j'ai assis la Beauté sur mes genoux. - Et je l'ai
trouvée amère. - Et je l'ai injuriée." L'acte poétique ne fabrique pas; il est quête constante car tout, l'"amour", par exemple, "est à réinventer". La tâche est donc de chercher la "vraie vie", et l'"époux infernal" de "Délire I" "a peut-être des secrets pour changer la vie", pour "s'évader de la réalité". Le chaos verbal est à l'image de cette quête haletante dont Une saison en enfer, conjuguant aussi bien le passé que le présent et le futur, dévoile "tous les mystères".

En partie seulement, car le texte préserve ses opacités. Tour à tour sorcier, alchimiste, magicien, voyant, fou aussi, le poète voue ses forces vitales à la découverte d'un "trésor" qui se dérobe, toujours lointain, à venir: "J'aurai de l'or", "Je ferai de l'or." Cet or, cette autre vie, cet impossible, excède la parole: "Quelle langue parlais-je?", "Je voudrais me taire." A cet égard, Une saison en enfer s'offre tout de même assez clairement à lire comme un parcours narratif qui se solde par un échec : "J'ai essayé d'inventer de nouvelles fleurs, de nouveaux astres, de nouvelles chairs, de nouvelles langues. J'ai cru acquérir des pouvoirs surnaturels. Eh bien! je dois enterrer mon imagination et mes souvenirs! Une belle gloire d'artiste et de conteur emportée !"

Gardons-nous toutefois des mirages de la transparence et de l'immobilisme des certitudes. Maniant volontiers l'ironie, la parodie et le sarcasme, la poésie rimbaldienne ne fige jamais le sens. Ainsi, le "je" d'Une saison en enfer ne se laisse emprisonner dans aucune identité stable et définitive. L'exemple le plus frappant réside sans doute dans "Délire I" et les polémiques suscitées par ce texte: met-il en scène deux protagonistes - Verlaine et Rimbaud? - ou bien un dédoublement de soi-même? De même, si l'on admet le caractère largement autobiographique du recueil, il est bien souvent difficile de distinguer le "je" protagoniste dans le passé du "je" scripteur dans le présent et, de ce fait, de déterminer une instance de jugement stable; "Car JE est un autre" disait le poète dès 1871 (lettre à Paul Demeny, 15 mai 1871)...
Jamais en repos, il est avant tout mouvement - "Et allons" -, toujours ailleurs, plus loin. Le recueil se termine mais le poète, après avoir dit "adieu", poursuit sa route: "Il me sera loisible de posséder la vérité dans une âme et un corps." Peut-être Harar, où Rimbaud partit après avoir renoncé définitivement à la poésie, réalisa-t-il cette ultime promesse.

Le fondement réel de la poésie
Qui a tout le temps intéressé.
Ceux qui aiment les mélodies
Et à toutes les époques données.

Le poème est une confession
Dont il faut vraiment être fier,
Ils dégagent de vraies émotions
Et de solides sentiments sincères.

Les quatrains, c'est le pardon
Aux amoureux femmes hommes.
Pour qu'ils fassent très attention.
Aux vicissitudes plus qu' énormes.

Les fins rimeurs dédient leurs vers
A toutes les beautés toutes crues
Aux couples qui ont les bras ouverts
Et qui ont toujours lu,tenu et voulu.

Persuadés que l'honneur parviendra.
Aux poètes, une reconnaissance
Et ça sera des moments de joie
Plus merveilleux que leur naissance.

Émotions de Poète
Poetics by Mera™

Riahi Med Déc 2016.
Tous droits réservés ©

Austin Jack

{picture#https://4.bp.blogspot.com/-VtRi_63TCq4/WAagBTSsGTI/AAAAAAAAFL8/b5VAA4seTRwoiPm8AwgwGcCdOiCDFuyHwCLcB/s1600/Austin-jack.jpg} Vers la poésie, je l'écris en cris, a l'encre des qualités de mon âme, et des fautes - et des défauts de ma vie. {facebook#https://www.facebook.com/austin.jack.3158} {twitter#https://twitter.com/poemedamours} {google#https://plus.google.com/u/0/+AustinJackCA} {

marie france gobé

{picture#https://4.bp.blogspot.com/-4UQ1Hh4jdfg/WAagBns4dGI/AAAAAAAAFMA/NXwKQRfIlmwg5qyz86_TGXIPZMJU0bccACLcB/s320/Marie-France-Gob%25C3%25A9-Po%25C3%25A8tesse.jpg} Marie France Gobé : Auteure et modératrice chez Poèmes & Poésie d'Amour. {facebook#https://www.facebook.com/mariefrance.gobe} {twitter#https://twitter.com/GobeMariefrance} {google#https://plus.google.com/+mariefrancegobé}

Modvareil

{picture#https://4.bp.blogspot.com/-hZb80yI5I9E/WAagBdMVovI/AAAAAAAAFL4/jMCPfVreDmcVFjTcmlGMVj_0iDsVvmbDwCLcB/s320/Dominique-Elivra-Po%25C3%25A8tesse.jpg} Ma vie n'est qu'une reproduction de l'affrontement d'une femme ouverte dans un métier d'hommes qui sait se faire obéir et respecter... {facebook#https://www.facebook.com/dominique.elvira.9 } {twitter#https://twitter.com/modvareil} {google#http://plus.google.com/108692639683437720445}

Mohamed Salah Ben Amor

{picture#https://1.bp.blogspot.com/-BoerHdzKX3s/WAagCGhU0YI/AAAAAAAAFME/GIm-HcD1i3g7rDZJH8g0td-TFdCZjVeNgCLcB/s320/Med-Salah-b-Amor.jpg} Professeur d'enseignement supérieur chez institut supérieure de langues, orienté depuis 2009 vers le suivi de la poésie arabe et mondiale en tant que critique et traducteur. {facebook#https://www.facebook.com/mohamedsalah.benamor.16} {linkedin#https://tn.linkedin.com/in/mohamed-salah-ben-amor-91b4322a} {google#https://plus.google.com/105346205953520526606}
Fourni par Blogger.