Quand tu pars

Poème : Quand tu pars !

Par : Monika Del Rio
( Poétesse, pianiste et peintre polonaise installée en Ethiopie )

Quand tu pars 
Mon cœur arrête son vol, 
Les oiseaux tombent du ciel 
Comme des feuilles d’automne 
Arrachées par le vent 
Le soleil se cache 
Pleurant son sort 
Que personne ne dise 
Qu’il a du chagrin ! 
Quand tu pars, 
Les fleurs se gâtent 
Et le miel prend le goût d’absinthe : 
- Les abeilles passeront encore 
Un mauvais hiver … - 
Mais toi , 
Habillé en ton manteau de neige, 
Tu ne penses plus 
A ce que tu laisseras 
A mon cœur nocturne et triste , 
A la mélodie de ma voix , 
Aux diamants de mes larmes 
Stoppés quelque part 
Au fond de mon âme 
Pour qu’ils ne tombent pas… 
(Tellement ils sont précieux !) 
Moi, je tomberais 
Sans l’appui de ton bras 
Aveuglée par le soleil . 
Déjà , je ne vois plus mon chemin 
Je n’entends plus tes paroles 
Qui me guidaient 
J’ai tellement peur de la réalité 
Qui m’entoure. 
Je crains des enjôleurs 
Aux propos mielleux 
Et aux longues dents . 
J’ai peur de nuits sans fin 
Hantées par les ombres. 
Ma destinée 
Est de patauger sans relâche 
Jusqu’au bout du monde 
Dans l’espoir de te rejoindre 
Car, lorsque tu pars 
Ma vie s’arrête 
Et je ne trouve personne 
Pour enterrer le temps, 
Pour compter les étoiles 
Dans le tapis du ciel, 
Pour faire rire la lune 
Pourtant toujours mélancolique. 
Mais à côté de toi 
Même une hyène 
Changerait de voix, 
Rigolerait à plein poumons 
Et coucherait sur le seuil de ta demeure 
Telle une chienne 
Fidele 
Te tiendrait compagnie. 
Reste avec moi ! 
Ne pars plus ! 
Enlève ton manteau 
De neige et de glaces éternelles ! 
Jette ta couronne étoilée 
Dans la cheminée rouge et noire ! 
Laisse toi t’emporter par tes sentiments ! 
Brûle ton cœur de désir ! 
Et laisse-le se consumer lentement 
Lentement… 
Car Dans la vie 
Rien ne compte 
Sauf l’amour…

© Monika Del Rio, 2013