Les Noces Éternelles

Tout comme au soir d’un élégant rendez-vous,
j’ai déposé avec soin sur mon lit fait de satin, 
ma tenue de liberté à l’envolée sizerin.

Brodée de mousseline noire, elle sied au plus près 
de mon teint qui d’ici là, aura perdu le rosé de ses 
pommettes en un sommeil opalescent.

Le calme règne dans cette pièce close à double tour.
Des effluves de jasmin qui, en brume s’évapore du bain, 
font vaciller les flammes scintillantes des 
candélabres de marbre, se jouant de mon macabre théâtre.

Assise sur le bord émaillé, je tends le bout de mes 
doigts vernis de cassis, dans cette mousse soyeuse, où 
mon attente crépite et éclate en larmes. Le désir me 
fait osciller entre pudeur et charité de ma chair, pour 
ce geste irréparable que je m’apprête à exécuter.

Une gorgée à mes lèvres frémissantes, d’un 
chardonnay enivrant. Divin élixir aux milliards de billes 
qui éclatent sous ma langue, emportant les quelques 
pilules aux couleurs moroses, plongeant mon conscient 
dans un parallèle aux teintes arc-en-ciel. 

Un intimiste soliloque, où l’esprit rend les armes,
face à ce corps qui s’abandonne au repos céans. Dans 
cette Tamise odorante parfumant l’instant, l’oubli 
apaisant, se lira au sourire de mon visage, semblable à 
l’éternelle noce.

Encore quelques gorgées alcoolisées et le corps 
frissonnant je m’immerge dans ce liquide 
réconfortant. Un capiteux bien-être qui me ramène à 
mes premières heures, où une sécurisante vie,
semblait permise.

Je ferme les yeux, Chopin m’offre son air 
nocturne, qui berceront mon âme jusque dans l’audelà.
Je me noie à ses notes, mon cœur suffocant 
submerge et, de mes sanglots je nourris les eaux 
fumantes. Un paradoxal sentiment, une dualité entre 
crainte et délivrance, où je me sens divinement bien.

Le voilà le moment idéal, ce moment où la raison 
déraisonne en un rêve buttoir, afin d’oser l’ultime voyage.
J’ouvre péniblement mes yeux et du regard, 
je  cherche l’étincelant rasoir à larmes, 
posé là, sur le bord de ma Seine.

Une offrande d’acier tombé des cieux, pour 
trancher dans le vif, la douleur qui loge en mon corps,
depuis trois décennies d’adversités suppliciées.

De mes poignets s’écoule enfin ma vérité, un mal 
viscéral que je purge de mon âme, 
pour y rejoindre le néant abyssal. 

Mes petites affaires en ordre, de belles-lettres 
d’excuses pour moins de remords, je quitte éthérée la 
dureté de cette terre, vêtue de noir cendré, éparpillée
sur un point d’horizon en triste égoïste Chopiniste.

Photo & Image d'une noce éternelle
Les Noces Éternelles