Un besoin d'amour

D'un regard 
Ils se sont rencontrés 
Quai de gare 
La passion s'est montrée.
Adultes errent, adultère

Chaque jour 
Ils se sont retrouvés 
Et l'amour Entre eux deux a couvé.
  Adultes errent, adultère

Un besoin  
D'échapper à leur vie 
  Dans un coin 
Tapies sont leurs envies 
Et leurs corps 
Pas à pas rapprochés 
Un accord 
Qu'ils auront recherché.

Un matin 
C'est le premier baiser 
Le chemin 
S'est d'un coup embrasé 
Et leurs yeux 
Se sont mis à briller 
Merveilleux 
out ce temps à piller.

A l’hôtel 
Ils se sont découverts 
Sensuel Devient leur univers 
Adultes errent, adultère 

Leurs deux cœurs 
Battent à l'unisson 
Pas de peur 
Juste de doux frissons 
Adultes errent, adultère.
amour est cerise
Un besoin d'amour
Philippe Correc © tous droits réservés
Août 2013

Comme dans presque tous les poèmes précédents de cet auteur , les points les plus pertinents dans ce nouveau sont ,nettement,  la narrativisation de la poésie et le rythme sonore et visuel .Ce à quoi s’en est suivie la relégation de l’image à un niveau  secondaire. 
Quant au premier élément fonctionnel , il ne consiste pas , cette fois , dans la narration d’une histoire bien déterminée mais d’un  évènement typique qui peut avoir lieu n’importe où et à n’importe quel moment : l’adultère, même dans les sociétés les plus intransigeantes sur cette question. Et si les moralistes et les sociologues invoquent souvent,  pour expliquer ce phénomène, des causes externes (le mariage de raison, l’insatisfaction , l’obsession  caractérielle, la fascination brusque en certaines circonstances par l’attrait d’un partenaire de fortune …etc), la sexologie, elle, nous enseigne, par contre, que l’imaginaire sexuel de l’être humain, hérité  sans doute de l’animal, est multiple. Et la création tardive de l’institution du mariage a généré dans  la psyché  de notre espèce la dualité :  la fidélité  relevant du sur-moi /la trahison provoquée par le ça. Et de la volonté et de l’état d’esprit de chacun des deux partenaires dépend l’inclination  de chaque individu vers ce côté ou vers l’autre. 

Quant au choix de ce thème pour ce poème-ci , il s’explique visiblement par la forte charge émotionnelle dont est porteur tout interdit et par la curiosité qu’il suscite. Ce que le poète a exploité à fond (la passion s'est montrée - l'amour entre eux deux a couvé - tapies sont leurs envies et leurs corps pas à pas rapprochés – merveilleux tout ce temps à piller- sensuel devient leur univers - leurs deux cœurs battent à l'unisson pas de peur juste de doux frissons ). 

Le côté rythmique, quant à lui,  a été mis en avant par la conception finement traitée de la texture mélodique du texte,  notamment  l’ajustement symétrique des strophes ( 2 quintins c.à.d  cinq vers / 2 huitains / 2 quintins ) , les rimes pour la plupart croisées et  le refrain final : « Adultes errent, adultère » ). Un vrai joyau qui, de surcroît, donne la preuve que la  création d’images surprenantes n’est pas indispensable pour écrire un bon poème .