Toujours et encore le même Refrain

Toujours et encore le même refrain...
Tu ne sais pas vivre avec les autres,
Tu t'enfonces dans ton monde imaginaire,
Tu détruis les personnes autour de toi,
Tu ne vois pas la réalité des choses.
Pour toi la vie, n'est qu'un amalgama,
Tu dors, tu joues, tu domines, tu interdis les plaisirs de la vie.

Toujours et encore le même refrain...
Une princesse qui veut se croire au dessus des autres,
Tes paroles sont le reflet de ton existence,
Transparente, sans goût, sans illusion, sans amour, sans travail.
Tu marches sans regarder le mal que tu fais,
Tu existes sans exister.

Toujours et encore le même refrain...
Tu sais dire oui, mais au fond de toi, tu t'en fous.
Tu peux toujours causer, je ne vous écoute pas.
Tu n'en fais qu'à ta tête,
Même si les autres avancent, toi tu restes loin,
Tout en menaçant leur existence,
Tout en détruisant le bon en nous,
Tu n'as besoin de rien,
Pourtant tu n'es pas capable de te prendre en main,
Ni faire les choses simples de la vie
Ni être une femme à part entière.

Toujours et encore le même refrain...
Tu es un mal au fond de toi,
Tu ne vois pas, la souffrance que tu crée,
Pendant ce temps nous subissons.
Tu interdis tout,
Même le bonheur, tu le rejettes,
Tu nous empêches de vivre.
Pourtant nos bras ouverts sont tendus vers toi,
Tu n'en veux pas...

Toujours et encore le même refrain...
Nous ne sommes rien pour toi,
Les amis, la famille se détournent petit à petit,
Tu ne comprends pas pourquoi.
Regardes toi dans une glace,
Analyse le pour et le contre,
Le bien, le mal,
L'amour, le rejet,
Peut-être enfin tu ouvriras les yeux.
La vie n'est pas un simple roman,
Je commande, on se tait devant moi.
Non, il faut savoir donner, pour recevoir.
Il faut être présent quand il faut.
Il ne faut pas rejeter les fautes de soi, 
ni tes agissements sur les autres.
Pour  être respectée, tu dois te respecter toi même
Pour être aimée, tu dois d'abord t'aimer,
Tu dois te prendre en charge,
Tu dois réagir, personne ne peut le faire pour toi,
Tu dois t'investir dans ton couple,
Ton ami n'est pas ton objet,
Ni un être qui doit respecter toutes tes règles,
Ni le prendre pour ton chien,
Et encore moins pour ton esclave.

Toujours et encore le même refrain...
C'est un être qui t'aime, et qui tient à toi,
Une personne qui trime dur,
Mais qui subit tes interdictions, tes coups,
Tes caprices, tes insultes, tes menaces.
Où est l'amour là dedans.
Il faut être deux pour avancer.
Non, un qui condamne l'autre en esclavage.
Et le petit toutou à sa princesse.
Pour réussir, il faut savoir partager, comprendre, estimer l'autre.

Toujours et encore le même refrain...
Au lieu d'avancer dans la vie,
Tu recules chaque jours de trois pas,
Tu n' y arriveras jamais dans ces conditions,
Tu ne feras qu'empirer le venin qui coule.
Tu ne pourras pas interdire les autres de te voir ainsi.
C'est le reflet que tu donnes de toi.
Ton comportement sans te connaître, nous flache aux yeux.
Ta façon de réagir marque le manque de respect des autres.
Tu veux avoir la paix,
Mais comment l'obtenir en agissant ainsi.
Tu n'as pas de respect et tu veux le respect.
Tu n'as pas de travail et tu jalouses les autres,
Tu ne fais rien pour en trouver,
Tu passes tes journées à rien faire,
Tu n'as pas de courage, et tu détruis le courage des autres,
Tu as vingt ans, tu es toujours lasse, fatiguée sans rien faire.
Incapable d'aider lors de fête, de repas.
Tu te dis, je suis la princesse, on me doit tout.
Tu ne veux pas reste au fête avec ton ami,
Mais toute la soirée, tu la gâches en nous harcelant par téléphone.
Les coups de téléphone pleuvent sur tous nos portables
Il faut répondre, mais par contre toi jamais tu réponds.
Tu donnes des excuses bidons,
Sachant très bien que la vérité nous la connaissons ?
Je dors, je veux qu'on me fiche la paix,
Pas besoin de travail, j'ai mon esclave, mon souffre douleur.
Tu peux parfois être adorable, comme une peste.
Si tu ne changes pas,
Nous ne voyons pas comment tu peux fonder une famille,
Les autres sont là pour tout te faire.
Tu n'auras pas toujours un esclave, un toutou pour tes caprices de princesse,
Il est grand temps d'ouvrir les yeux,
De regarder la vérité en face, 
Réagir, et vivre comme une personne normale.
Toujours et encore le même refrain.

poésie refrain
Tous droits réservés © DOMINIQUE ELVIRA  - France. Le 15 Juin 2015