Là pour toujours

Poème du jour : Là pour toujours

Par : Dominique MONTAULARD
Photo : Dominique MONTAULARD
Au bout du chemin,
Quand tu crois que tout s'arrête,
Je serai là à t'attendre.
Ma main ne peut exister sans la tienne,
Mes mots ne sont que l'ombre
Des paroles qui dessinent tes rêves.
Dans le silence du soir,
A l'heure où les souvenirs s'étirent
Pour venir te frôler de leurs bras,
Je serai ta lumière.
Là pour toujours,
Telle est ma place...
je serai là,
Toujours là pour toi.
Quand tu croiras que tout est perdu,
Que l'espoir n'est qu'un mot,
Je serai là,
Pour éloigner l'orage
Et dessiner l'arc en ciel.
Au bout du chemin,
Je t'attends depuis le premier jour
Jusqu'au dernier jour de nos vies.
c'est ainsi.
Je suis née pour toi!

Analyse :

Lorsqu’un poète ou une poétesse se consacre à un grand thème, en diversifiant les sous-thèmes qui lui sont associés – ce qui ne l’empêche pas d’ailleurs de traiter de temps en temps des thèmes imposés par les circonstances – on parle alors d’« une expérience poétique » à condition qu’il ( ou qu’elle) mette en œuvre les mêmes procédés stylistiques. Ce qui s’applique pleinement à l’auteure de ce poème dont la presque totalité des écrits s’inscrit dans le grand thème de la poésie amoureuse et tout particulièrement dans une perspective spirituelle et fusionnelle. Et cela se constate par trois indices majeurs : 

  1. Le premier est l’idée claire de l’unité originelle de l’âme que Platon ,dans le Banquet, avait imaginée symboliquement sous la forme d’une sphère qui s’était scindée en deux et dont chaque moitié se mit à rechercher l’autre (je t'attends depuis le premier jour jusqu'au dernier jour de nos vies. C'est ainsi. je suis née pour toi! - ma main ne peut exister sans la tienne - je serai là, toujours là pour toi ).
  2. Le second , découlant du premier, est la notion de complémentarité psychologique garantissant le réajustement automatique de tout déséquilibre touchant l’une des deux moitiés dès qu’elle retrouve l’autre (quand tu crois que tout s'arrête, je serai là à t'attendre - à l'heure où les souvenirs s'étirent pour venir te frôler de leurs bras, je serai ta lumière- quand tu croiras que tout est perdu, que l'espoir n'est qu'un mot, je serai là, pour éloigner l'orage et dessiner l'arc en ciel ). 
  3. Le troisième indice, enfin, est l’absence totale de mentions à l’attirance physique. 
Au niveau du style, la nature spirituelle de l’amour décrit a influé fortement sur la texture métaphorique du texte qui a acquis un haut degré d’abstraction et de généralité, en réduisant les actants présents à trois : le « Je », le « tu » et l’« Univers ». Un autre bon poème Dominique ! Au prochain !