Poème du jour : Ton silence m’envahit

Ton silence m’envahit

Par : Med El Qoch.

image illustrant une femme en silence.

A l’heure où ton silence m’envahit
L’ombre d’un soupir évanescent,
Fuit mes lèvres gercées
Fissurées comme la terre d’été

Sans aucun murmure,
Sans aucune armure
Tu transperces de fond en comble
Cette âme inassouvie Que le destin châtie

Qu’elle s’attarde cette lumière
Que tes yeux vifs caressent
Qu’elle adoucit l’âme

Pour ne pas voir la nuit surgir
Je ferme les yeux
Et écoute mes soupirs frémir
Je m’abreuve de tes rires exquis
De tes regards au loin
Sillonnant l’horizon

Je déambule, seul
Entre deux cils si fins, tranchants
Hagard, je m’égare

Rien que ton effluve
Et tes soupirs transgressant la nuit
Ultime zéphyr

Allons bercer les ondes
Que tes yeux bleu océan
Contemplent depuis l’aube...

Images d'une jolie peinture et poésie.

Commentaire : 

L’auteur de ce poème, le talentueux poète et peintre Med El Qoch, est l’un des plus anciens élus de ce groupe puisqu’il est là depuis la création de cette page en 2009. Mais, il lui arrive, comme beaucoup d’artistes, de se sentir parfois le besoin d’observer une période de silence plus ou moins longue afin d’évaluer le parcours déjà fait et mieux se préparer à l’étape suivante. Et nous espérons que cette auto-évaluation a été effectuée et que nous ne serons plus privés longtemps de sa poésie.

Ce nouveau poème accompagné d’un tableau de peinture duquel il avait été probablement inspiré appartient clairement au genre sentimental pur où l’on chante d’habitude l’amour sublime idéal qui s’élève constamment vers le spirituel et ne dérape jamais dans le charnel.

La description de cet amour s’est concrétisée d’abord, sous la forme d’un ensemble de beaux traits abstraits et semi-abstraits dans la personne de la bien-aimée qui enchantent l’ouïe, la vision et l’olfaction mais jamais le toucher (ton silence - cette lumière que tes yeux vifs caressent - tes rires exquis - tes regards - deux cils si fins - ton effluve - tes soupirs - tes yeux bleu océan). La même description a englobé parallèlement un autre ensemble groupant les sensations éprouvées par le poète sous l’effet de ces traits et qui sont toutes chastes et pures (ton silence m’envahit- tu transperces de fond en comble cette âme - elle adoucit l’âme – je m’abreuve de tes rires exquis de tes regards – je déambule, seul entre deux cils- allons bercer les ondes que tes yeux bleu océan contemplent depuis l’aube…). Il s’agit bien entendu d’un amour rare de nos jours mais qui, comme on le voit, peut exister encore. Cependant, si le discours du locuteur a été façonné sous forme d’un expressif ( acte langagier exprimant l’état psychologique de ce locuteur) , il a été, en, revanche, parsemé, de long en large, d’images attrayantes de différentes sortes ( comparaisons , métaphores, métonymies …) à forte charge suggestive exprimant un romantisme tendre , raffiné et lyrique.