❝ Aristote ❞

En grec : Aristotelês 
Philosophe grec (élève de Platon) 
(Stagire, Macédoine, 384 av. J.-C. ~ Chalcis, Eubée, 322 av. J.-C.)
Aristote : Le philosophe grec
Quelques citations d’Aristote

Voici quelques-unes de ses citations les plus célèbres :

La beauté est un appui préférable à toutes les lettres de recommandation.
Toute chose nécessaire est par nature ennuyeuse.
Le courage est le juste milieu entre la peur et l'audace.
L'infini n'est pas un état stable, mais la croissance elle-même.
Politique : 
Il n'y a point de génie sans un grain de folie.
L’amitié est une forme d’égalité comparable à la justice. Chacun rend à l’autre des bienfaits semblables à ceux qu’il a reçus. 
Poétique : 
L'égoïsme n'est pas l'amour de soi, mais une passion désordonnée de soi.
La poésie est quelque chose de plus philosophique et de plus grande importance que l'histoire.
Exercer librement son talent, voilà le vrai bonheur.
Les parties des animaux, IV, 10, 687 b 
C'est à l'être capable d'acquérir le plus grand nombre d'arts que la nature a donné l'outil de loin le plus utile, la main. Et ceux qui prétendent que l'homme, loin d'être bien constitué, est le plus mal partagé des animaux - ils disent en effet qu'il n'a rien aux pieds, qu'il est nu, et ne possède pas d'armes pour la lutte - ont tort : les autres, en effet, disposent d'un seul recours, qu'ils ne peuvent échanger contre un autre, et il leur est nécessaire pour ainsi dire de rester chaussés pour dormir ou pour tout faire, de ne jamais déposer l'armure qu'ils ont autour du corps, de ne jamais échanger l'arme dont ils ont été dotés par le sort ; l'homme dispose au contraire de multiples moyens de défense, et il lui est toujours possible d'en changer, comme il peut posséder l'arme qu'il désire et au moment où il le désire. La main, en effet, devient griffe, serre, ou corne, et aussi lance, épée, n'importe quelle autre arme ou outil, et elle est tout cela parce qu'elle peut tout prendre et tenir.
L’Homme est un animal politique.
Aimer, c'est vouloir du bien à quelqu'un.
C’est en pratiquant la justice que nous devenons juste; en pratiquant la tempérance, tempérants; en pratiquant le courage, courageux.
Le bonheur consiste dans la vie heureuse et la vie heureuse c'est la vie vertueuse. 
Le commencement de toutes les sciences, c’est l’étonnement de ce que les choses sont ce qu’elles sont.
Le temps est le nombre du mouvement.
Tous les hommes aspirent à la vie heureuse et au bonheur, c'est là une chose manifeste.
Savoir, c’est se souvenir.

❝ Jean Anouilh ❞

Auteur dramatique français 
(Bordeaux 1910 ~ 1987)
Photo de Jean Anouilh avec ses plus belles citations

Voici quelques-unes de ses citations les plus célèbres :

Pourquoi contredire une femme ? Il est tellement plus simple d'attendre qu'elle change d'avis !
Qu'est-ce que gouverner le monde... sinon faire croire à des imbéciles qu'ils pensent d'eux-mêmes, ce que nous leur faisons penser ?
Avant le jour de sa mort, personne ne sait exactement son courage...
Eurydice :
Oh ! il ne faut par croire que c'est très compliqué d'être mystérieuse. Il suffit de ne penser à rien, c'est à la portée de toutes les femmes.
Roméo et Jeannette, III, Lucien. 
Mourir, ce n'est rien. Commence donc par vivre. C'est moins drôle et c'est plus long.
Je le comprends seulement maintenant combien c'était simple de vivre...
On a presque toujours quelque chose de mieux à faire que de mourir.
C’est bon pour les hommes de croire aux idées et de mourir pour elles.
Becket ou l’honneur de Dieu : 
La sincérité est un calcul comme un autre.
Ne réveillez pas Madame : 
C'est drôle, c'est dans le souvenir que les choses prennent leur vraie place...
Ce qui prouve bien que les femmes savent garder un secret, c'est le nombre considérable de maris qui se disent les maîtres chez eux !
Les femmes, c’est comme la soupe, il ne faut pas les laisser refroidir.
Le rendez-vous de Senlis : 
Les apparences suffisent largement à faire un monde.
La foire d'empoigne : 
Un vrai homme est son propre père.
L'alouette : 
Il n'y a que les imbéciles qui se croient volés en donnant trop à une fille. 
C'est très joli, la vie. Mais cela a un inconvénient, c'est qu'il faut la vivre.
La sincérité est un calcul comme un autre.
L'alouette, le père. 
Sauver la France ? Sauver la France ? Et qui gardera mes vaches pendant ce temps-là ?
Ardèle ou la Marguerite, le comte. 
Si nous ne nous conduisons pas tout à fait bien, c'est parce qu'il nous reste, à tous, une vague petite notion de devoir au fond de notre désordre qui fait que nous n'avons pas le courage de nous conduire tout à fait mal.
Il y a des fois où il ne faut pas trop réfléchir.
Je vous parle de trop loin maintenant, d'un royaume où vous ne pouvez plus entrer avec vos rides, votre sagesse, votre ventre.
Moi, j'aime bien qu'il me coûte cher, mon plaisir ça me permet de me figurer que j'en ai vraiment envie.
Antigone :
Comprendre! toujours comprendre. Moi je ne veux pas comprendre je comprendrai quand je serai vieille.Si je deviens vieille !
Tout le monde ne peut pas faire l'amour, ça ne serait pas sérieux.
La clémence: une élégance des tyrans pour se faire de la publicité.

Chronologie (littéraire) du Moyen-age 

Les grandes dates de l'histoire du monde

Ve siècle :

406 Début des grandes invasions en Gaule à la suite du gel du Rhin

423 Ætius gouverneur de la Gaule restée sous la domination de Rome

451 Invasion de la Gaule par Attila. Bataille dite des " Champs catalauniques " remportée par Ætius sur Attila

476 Fin de l’Empire romain d’Occident

481 Règne du franc Clovis sur le Nord de la Gaule (481-512) de la dynastie des Mérovingiens

486 Bataille de Soissons, fin du dernier royaume gallo-romain

490 Mort de Sidoine Apollinaire, premier auteur national

496 Bataille de Tolbiac, les Alamans expulsés de Gaule. Baptême de Clovis

VIe siècle :

507 Bataille de Vouillé, les Wisigoths expulsés de Gaule

511 Le concile d’Orléans réserve au roi franc la nomination des clercs

512 Partage du royaume franc après la mort de Clovis

537 Annexion du royaume des Burgondes (Bourgogne et Provence) et de la Thuringe

558 Clotaire rassemble l’héritage de Clovis

568 Guerre entre les héritiers de Clotaire, Neustrie contre Austrasie (568-719) et Brunehaut contre Frédégonde.

ca 573 Grégoire de Tours, Histoire des Francs

590 Fondation du monastère de Luxeuil par saint Colomban, début du monachisme irlandais et apparition de la règle bénédictine qui va le supplanter

594 Mort de Grégoire de Tours

VIIe siècle :

ca Début du siècle Isidore de Séville, De Etymologia (Les Etymologies)

613 Nouvelle unité politique sous Clotaire II et Dagobert (613-639). Saint Eloi et saint Ouen ministres

639 Les rois fainéants (639-752). Ascension des maires du palais de la future dynastie carolingienne

654 Fondation de l’abbaye de Jumièges

657 Fondation de l’abbaye de Corbie

660 Mort de saint Eloi

Écrivain & Auteurs Classiques du XXe siècle 

écrivain née au 20eme siècle

Charles PEGUY (1873 - 1914) ;

Il exaltera ses origines paysannes, mais ses vraies racines sont dans le petit peuple des villes. De la laïque à Normale, sa jeunesse s'anime d'un labeur fervent. Des convictions bien trempées l'amènent à fréquenter Jaurès, puis à s'engager en faveur de Dreyfus. Une première Jeanne d'Arc, en 1897, exalte une sorte de mystique socialiste : davantage que Marx, c'est l'œuvre de Fourier qui semble à l'époque marquer cette pensée de l'harmonie appliquée à lutter contre le mal universel. Rigoureux, intransigeant, Péguy est dès cette époque une figure de la gauche. L'anticléricalisme des socialistes d'alors l'amène toutefois rapidement à faire cavalier seul. Renonçant à l'enseignement, il lance en 1900 les Cahiers de la quinzaine, qui pendant quatorze ans vont absorber toute son énergie. Il y publie Suarès, J. Benda, le Jean-Christophe de Romain Rolland, et, très vite, ses propres textes. Notre patrie (1905) tente d'ouvrir une troisième voie, entre le nationalisme stupide et un anarchisme irresponsable. La pensée de Péguy s'oriente alors vers la quête d'un ressourcement ; elle convoque l'esprit de la terre française, identifié à la civilisation, puis les valeurs d'une chrétienté ramenée à ses principes originels. Le Mystère de la charité de Jeanne d'Arc (1910) révèle un poète, mais surtout une conversion au catholicisme qui étonne plus d'un lecteur des Cahiers. Péguy est alors vivement contesté sur sa gauche, mais le danger viendra de la droite, ravie d'annexer un penseur aussi influent. Notre jeunesse sera sa réponse aux uns et aux autres. Menant de pair un engagement solitaire et une œuvre poétique dont Eve (1913), vaste poème de la chrétienté, est le couronnement, Péguy accueille avec joie la déclaration de guerre — mais il meurt dès les premiers combats, victime consentante d'un bellicisme qui est la face noire de son œuvre.
Charles Péguy

Notre jeunesse (1910) :

Après sa conversion, Péguy se voit demander de renier une jeunesse dreyfusarde et socialiste. Bien loin d'obtempérer, il fait de ces combats une mystique qui n'avait pas encore trouvé sa voie. Son apologie passe par l'idée d'un cheminement à rebours de celui de ses contemporains, de Jaurès à Maurras : chez lui, tout commencerait en politique pour finir en mystique, et non l'inverse. C'est surtout une magnifique défense de combats que l'on dirait aujourd'hui humanitaires, et un rappel implicite des vraies valeurs évangéliques.

Marcel PROUST (1871 - 1922) ;

Marcel Proust
Homme d'une œuvre, comme Saint-Simon, Marcel Proust aurait pu devenir un de ces aimables littérateurs de la Belle Epoque : jeune bourgeois cultivé, il écrit dans de petites revues, touche à la poésie, à la nouvelle : Les Plaisirs et les jours est le recueil de ces morceaux sans prétention, délicieusement fin de siècle. Mondain, fréquentant les salons, bientôt collaborateur du Figaro, Proust ébauche ensuite un roman autobiographique, Jean Santeuil. La découverte de Ruskin, la mort de ses parents, la maladie enfin favorisent le mûrissement du livre à naître. Pastiches et mélanges (1905 - 1908) apparaît comme une étape importante : l'écriture se forge dans la compréhension et l'assimilation de styles qu'elle s'incorpore tout en les dépassant. S'isolant presque complètement à partir de 1909, Proust commence A la recherche du temps perdu, dont la rédaction, prenant sans cesse plus d'ampleur, nécessitant de multiples remaniements, l'occupera jusqu'à sa mort. D'abord refusé par plusieurs éditeurs, Du côté de chez Swann (dont Un Amour de Swann est la partie centrale) paraît à compte d'auteur chez Bernard Grasset, en 1913. La guerre, la mort de son chauffeur Alfred Agostinelli amèneront l'écrivain à différer la publication de la suite de son roman et à accroître sensiblement l'importance narrative de la jalousie ; A l'ombre des jeunes filles en fleur paraît enfin en 1919 et obtient le prix Goncourt, Le Côté de Guermantes, Sodome et Gomorrhe sont publiés au début des années vingt, suivis après la mort de Proust par La Prisonnière, La Fugitive, et Le Temps retrouvé. Très vite, La Recherche sera reconnue comme l'une des grandes entreprises littéraires du siècle ; il faudra cependant attendre les années quatre-vingt dix pour en avoir une édition entièrement fiable.

❝ Henri Frédéric Amiel ❞

Écrivain suisse de langue française 
(Genève 1821 ~ id. 1881)
L'écrivain suisse Henri Frédéric Amiel

Voici quelques-unes de ses citations les plus surprenantes :

Journal intime, 26 décembre 1852. 
Revois deux fois pour voir juste, ne vois qu'une pour voir beau.
Journal intime, 26 décembre 1852. 
Une erreur est d'autant plus dangereuse qu'elle contient plus de vérité.
Fragments d'un journal intime (1821-1881).
L'amour, c'est la mort du moi pour la naissance du nous.
Journal intime, 27 octobre 1853. 
Il y a deux degrés d'orgueil : l'un où l'on s'approuve soi-même ; l'autre où l'on ne peut s'accepter. Celui-ci est probablement le plus raffiné. 
Journal intime, 31 mars 1857. 
Ce que l'homme redoute le plus, c'est ce qui lui convient. 
Journal intime, 5 mai 1858. 
Le devoir est la nécessité volontaire.
Journal intime, le 21 février 1865.
Il faut être le remorqueur de sa vie, et non la remorque.
Journal intime, 8 septembre 1866. 
Dis-moi ce que tu crois être et je te dirai ce que tu n'es pas.
Chaque vie se fait son destin.
Journal intime, 23 mai 1873. 
[La France] a toujours cru qu'une chose dite était une chose faite.
Journal intime, le 19 août 1877.
Un rien est le commencement de tout.
Journal intime, le 5 septembre 1878.
La désuétude finit par rouiller les sentiments.
L'influence d'un mot, dit à son heure, n'est elle pas incalculable ?
Journal intime 
Mille choses avancent ; neuf cent quatre-vingt-dix-neuf reculent : c'est là le progrès.
Journal intime 
La foi est trop souvent le contraire de la bonne foi, et l'homme de foi ressemble alors, à s'y méprendre, à l'homme sans foi.
Journal intime, le 25 juin 1848.
Quand je ne sens pas les bornes, je n'ai plus de confiance dans la limite.
Le vrai nom du bonheur est la sérénité. 
Il regarde la vie comme on la voit du lit de mort, quand on la juge sans amertume et sans vains regrets.
Fragment d’un journal intime
Ce n'est pas ce qu'il a, ni même ce qu'il fait, qui exprime directement la valeur d'un homme : c'est ce qu'il est.
Faire aisément ce qui est difficile aux autres, voilà le talent ; faire ce qui est impossible au talent, voilà le génie.
Plus on aime, plus on souffre. La somme des douleurs possibles pour chaque âme est proportionnelle à son degré de perfection
Qu'est-ce qu'un esprit cultivé ? C'est celui qui peut regarder d'un grand nombre de points de vue.
Nous voulons toujours sauter hors de notre ombre
L'humanité ne commence dans l'homme qu'avec le désintéressement.
La confiance ne se commande pas, et la bonté ne se présume pas.

Alphonse Marie Louis de Prat de Lamartine
Poète et romancier, 
(Mâcon 21/10/1790 ⭌ Paris le 28/02/1869)

Biographie des Œuvres Majeures :

Alphonse Marie Louis de Prat de Lamartine

Lamartine Alphonse de. La chute d'un ange. ; 1838.

Poème d'Alphonse de Lamartine (1790-1869), publié à Paris chez Gosselin en 1838.

Entre les Harmonies poétiques et religieuses et les Recueillements poétiques, ce poème épico-religieux aurait dû faire partie d'une gigantesque épopée spirituelle de la destinée humaine, dont Jocelyn aurait constitué l'un des moments, la neuvième et ultime réincarnation de l'ange.

Immense "épisode" composé d'un "récit" suivi de quinze "visions" d'ampleur variable (à la relative brièveté des cinquième, neuvième et quatorzième s'oppose la longueur des troisième et quinzième) et d'un court épilogue de 14 vers, la Chute d'un ange développe sur douze mille vers les aventures de l'ange Cédar. Ayant voulu devenir homme pour l'amour de Daïdha, la jeune fille dont il était le gardien, une descendante de Caïn, il connaît une suite de malheurs et de vicissitudes, dont la mort de sa femme et de ses enfants au désert. Désespéré, il finit par se tuer, mourant sur un bûcher, près du cadavre de sa bien-aimée.

Plus que cette trame évidemment chargée d'illustrer la punition d'une folie sacrilège, importe la variété de tableaux, comme la traversée aérienne de Cédar et Daïdha, la Terre avant le Déluge, la fuite des héros à travers la forêt vierge. Écrit en quelques mois de juin à décembre 1836, et de juillet à décembre 1837, le poème est l'aboutissement imparfait d'un projet longuement mûri depuis 1823, quand Lamartine envisageait déjà d'écrire l'histoire d'un ange déchu par amour pour "une des filles d’Ève" et condamné jusqu'à ce que son énergie le détourne enfin de l'amour terrestre pour réintégrer le royaume céleste par la souffrance et le sacrifice.

Tout le poème se donne comme le discours d'un antique solitaire du Liban, héritier des prophètes (d'où le titre de la septième vision: "le Prophète", qui s'adresse à un "jeune étranger" élu: "Car Dieu ne permet pas que sa langue s'oublie! / C'est vous que dans la foule il a pris par la main."
Expiation et épreuve se mêlent, ancrant le poème dans une théologie chrétienne peu catholique, mais représentative de la spiritualité lamartinienne. Ne déclare-t-il pas à la veille de la révolution de 1848 dans un "Post-scriptum" à l'"Avertissement": "Nous commençons une grande bataille, la bataille de Dieu"? Outre quelques remaniements dans les éditions suivantes, l'influence de sa bien-pensante épouse contraignit le poète à édulcorer en 1861 la dimension religieuse de son texte. Trop vite composée, l'oeuvre met en évidence le classicisme de Lamartine dans la versification. Paradoxe intéressant, car le sujet et les formes de l'imagination relèvent du romantisme le plus caractérisé. La Chute d'un ange illustre bien la célèbre formule de Rimbaud : "Lamartine, quelquefois voyant, mais étranglé par la forme vieille." Malgré cette inadéquation de l'esthétique à l'inspiration, qui explique en partie la mauvaise réception par un public froid, ou refroidi, le poème comporte plusieurs développements de grande qualité. Ainsi le célèbre "Chœur des cèdres du Liban" (première vision), où Lamartine varie le rythme des vers, alternant l'alexandrin et l'octosyllabe, et travaille une forme musicale.
Strophes paires et impaires, anaphores, invocation, adoration, tout conspire à célébrer les noces de la poésie et du chant pour glorifier "Dieu, Dieu, Dieu, mer sans bords qui contient tout en elle." Quant à la huitième vision, "Fragment du livre primitif", elle dit, sous une forme éclatée, le rapport de l'expression poétique à la parole divine :

Si je dis que ce livre est de Dieu, dites : Non !
Il épelle à son tour un signe du grand nom,
Il écrit quelques sons de l'infini symbole
Que l'esprit à l'esprit transmet par la parole.

Avant Vigny (voir les Destinées) et Hugo, cette Chute d'un ange inscrit Lamartine dans la lignée des mages romantiques.

Lamartine Alphonse de. Graziella. ; 1852.

Récit d'Alphonse de Lamartine (1790-1869), publié dans les Confidences (livres VII-X) à Paris chez Perrotin en 1849, et en volume séparé à la Librairie nouvelle en 1852.

Écrit sur les lieux mêmes du récit, d'août à septembre 1844, l'ouvrage évoque de manière romancée le premier séjour napolitain de Lamartine, alors âgé de vingt et un ans (30 novembre 1811-6 ou 7 avril 1812).

Organisé en quatre chapitres, avec un «Épisode» intercalé entre le premier et le deuxième, suivis du "Premier Regret", poème en alexandrins, avec un refrain (quatrain de trois alexandrins et un octosyllabe), le récit évoque le voyage de Lamartine accompagnant une parente en Italie. Après une étape romaine, il se rend à Naples, où Virieu, un ami d'enfance, le rejoint (chap. 1). Il fait connaissance d'un vieux pêcheur sur la plage de Margellina et, après une promenade en barque où il manque perdre la vie, il rencontre, dans l'île d'Ischia, Graziella, fille du pêcheur («Épisode»). Celle-ci tombe amoureuse de ce Français et refuse Cecco, le parti qui lui était destiné. Elle se réfugie dans l'île de Procida pour entrer au couvent. Le jeune homme la rejoint ; elle lui avoue son amour, et ils passent de délicieuses journées (2). Leur bonheur se poursuit à Naples (3). L'ami d'enfance arrive et, au nom de sa mère, ordonne au narrateur de rentrer en France. La mort dans l'âme, il s'exécute, laissant une lettre d'adieu pour Graziella. Plus tard, il apprend sa mort (4).
Le poème final chante le remords de Lamartine et le souvenir des heures heureuses: « Mais pourquoi m'entraîner vers ces scènes passées? / Laissons le vent gémir et le flot murmurer; / Revenez, revenez, ô mes tristes pensées! / Je veux rêver et non pleurer ! »

Poème d'amour : Suis dingue fou d'elle 

Par : Riahi Med
Fou amoureux d'une fille
Présente, le monde n'est plus cruel,
Le goût du miel, d'une rose ouverte 
De chauds baisers trop sensuels 
De la grâce et de la douceur certes.
💗
J'ai tenu à cueillir son délicieux fruit 
Son halètement et sa sueur coule 
Un enchantement le long de la nuit 
Ses plaintes font que je me saoule.
💗
Je caresse, je griffe, je mords et hume
Un fauve à la recherche d'une gazelle
Son haleine monte excite et parfume
Et cette situation n'est point nouvelle.
💗
Sans souci, je tiens à la servir
En conservant rythme et mesure
Je la serre très fort pour la retenir 
Avec des gestes vigoureux et sûrs.
💗
Caressant sa satinée peau de soie 
Tout devient vraiment brillant et beau,
Il y a certainement dans l'air de la joie
Est-ce un sentiment d’oiseau ?
💗
Sa joue pourpre, ses yeux émeraudes
Elle le meilleur de toutes les couleurs.
Elle est tendre,joyeuse et chaude 
Elle est mon souhait et mon bonheur.
💑
© Riahi Med 2016
Tous droits réservés 

Allen Stewart Konigsberg, dit

❝ Woody Allen ❞

Cinéaste et acteur américain 
(Brooklyn 1935)
Photo de Woody Allen

Voici quelques-unes de ses citations les plus célèbres :

Extrait du film Maris et femmes 
La vie n'imite pas l'art, elle imite la mauvaise télévision.
Des erreurs, j'en ai fait. D'abord, je suis né. Première erreur ! 
Je ne mange pas d'huîtres. Je veux que mes aliments soient morts. Ni malades, ni blessés... morts.
Pour vivre centenaire, il faudrait abandonner toutes les choses qui donnent envie de vivre centenaire.
L’amour coupé en deux 
Existe-t-il dans la nature quelque chose de réellement "parfait", à l'exception de la stupidité de mon oncle ?
L'éternité c'est long, surtout vers la fin...
La dernière fois que j'ai pénétré une femme, c'était en visitant la statue de la Liberté.
Je tiens beaucoup à ma montre, c'est mon grand-père qui me l'a vendue sur son lit de mort.
Destins tordus 
La vie n'a aucun but. Rien n'est durable. Même les œuvres de Shakespeare disparaîtront quand l'univers se désintégrera.
Quand j'écoute trop Wagner, j'ai envie d'envahir la Pologne.
Mes films sont une forme de psychanalyse, sauf que c'est moi qui suis payé, ce qui change tout !
Est-ce que le sexe est sale ?... 
Seulement quand il est bien fait.
Destins tordus 
La mort est un état de non-existence. Ce qui n'est pas n'existe pas. Donc la mort n'existe pas.
Je vais vous raconter une histoire terrible de contraception orale. J'ai demandé à une fille de coucher avec moi, elle m'a dit non !
L'avantage d'être intelligent, c'est qu'on peut toujours faire l'imbécile, alors que l'inverse est totalement impossible.
Mon cerveau ? C'est mon second organe préféré.
Destins tordus 
Dieu reste muet, si seulement nous pouvions convaincre l'être humain d'en faire autant.
La célébrité m'a apporté un gros avantage : les femmes qui me disent non sont plus belles qu'autrefois.
La première fois que j'ai vu une femme nue, j'ai cru que c'était une erreur.
Lorsque j'ai été kidnappé, ma mère a réagi tout de suite : elle a sous-loué ma chambre !
Dieu, Shakespeare... et moi
C'est aveuglant de clarté.
Si je fais si bien l'amour, c'est que je me suis longtemps entraîné tout seul.
J'ai des questions à toutes vos réponses.
Le sexe apaise les tensions. L'amour les provoque.
La masturbation ? Le sexe avec quelqu'un que j'aime.
La dictature, c'est "ferme ta gueule", et la démocratie, c'est "cause toujours".
La vie est une maladie mortelle sexuellement transmissible.
Pour ma part, je suis hétérosexuel. Mais il faut le reconnaître, le bisexuel a deux fois plus de chances le samedi soir.
Je ne crois pas en l'au-delà mais j'emmènerai quand même des sous-vêtements de rechange.
La différence entre le sexe et la mort, c'est que mourir, vous pouvez le faire seul, et personne ne se moquera de vous.
On n'a jamais vu un aveugle dans un camp de nudistes.
Dieu, Shakespeare... et moi
- Depuis combien de temps votre mari avait-il des insomnies ? 
- Depuis des années. C'était psychique. Il craignait que, s'il fermait les yeux, la municipalité n'en profite pour peindre une ligne jaune sur lui.
Qu’est-ce que je serais heureux, si j’étais heureux !
L'argent est plus utile que la pauvreté, ne serait-ce que pour des raisons financières.
Le crime paie. On ne fait pas beaucoup d’heures et on voyage beaucoup.
J'ai été expulsé du lycée pour avoir triché pendant un examen de métaphysique ; je lisais dans les pensées de mon voisin.
Finalement j'ai eu un orgasme. Mais mon docteur m'a dit que ce n'était pas le bon.
Le mariage c’est la mort de l’espoir.
Si je fume après avoir fait l'amour, c'est que je l'ai fait trop vite.
L'homme est constitué de deux parties, son esprit et son corps. Mais son corps s'amuse beaucoup plus...
Mon seul regret dans la vie, c'est de ne pas être quelqu'un d'autre.
La première fois que j'ai vu une femme nue, j'ai cru que c'était une erreur.
Quatre-vingts pour cent du succès réside dans le fait d’être vu.

Martin Luther : Frère augustin, théologien et professeur d'université (Eisleben - Allemagne 10 novembre 1483 ~ 18 février 1546 ).

Courte biographie & Principales œuvres :

Photo de Martin Luther, l'initiateur de la réforme

Luther Martin. A la noblesse chrétienne de la nation allemande. ; 1520.

Oeuvre de Martin Luther (1483-1546), parue en juillet 1520 et premier geste vraiment révolutionnaire du réformateur allemand. Ni l'affichage des quatre-vingt thèses à la porte de l'église du château de Wittemberg (octobre 1517); ni même la hardiesse de quelques-unes d'entre elles n'outrepassaient le ton académique ordinaire, et les polémiques qui s'ensuivirent n'avaient pas excédé jusqu'alors les limites que pouvait autoriser l'Eglise. Mais, persuadé désormais de sa condamnation imminente et de l'inutilité de toute tentative pour obtenir, de la hiérarchie ecclésiastique la réforme de l'Eglise, Luther décida de faire appel aux laïques: l'acte était lourd de conséquences. Luther traite tout d'abord de la cause qui l'a déterminé à agir. Il ne s'adresse pas à l'autorité politique, mais aux princes "chrétiens", membres de l'Eglise, investis, par leur fonction publique, de responsabilités précises. Il les exhorte à fonder en Allemagne un christianisme national indépendant de l'Eglise romaine. Dans son livre, Luther affirme que la différence entre l'état laïc et le sacerdoce n'est pas une différence d' "état", mais de "fonction". En vertu de leur Baptême, tous les chrétiens bénéficient de l'état de grâce et, selon l'expression de saint Pierre, ils représentent "un sacerdoce royal et un royaume universel". Laïques et prêtres, étant membres du Corps mystique du Christ, sont étroitement responsables du bien-être de cet Etat spirituel. L'ordre clérical venant à manquer, les laïques peuvent être appelés à réformer l'Eglise au point de vue juridique et à convoquer un Concile libre, afin de se prononcer sur les questions de foi et de discipline, selon l'autorité des Saintes Ecritures. Suit la liste des réformes nécessaires pour libérer l' Allemagne de l'emprise de la Papauté. Qu'on supprime les impôts et autres lourdes contributions exigés par Rome.

Qu'on reconstitue l'épiscopat allemand en confiant, selon l'ancienne coutume, la consécration de l'évêque aux deux évêques les plus proches du diocèse vacant. Que la juridiction de la Papauté soit réduite à une instance spirituelle supérieure et que la primauté sur les princes séculiers et sur l'Empereur lui soit refusée. Qu'on rende facultatif le célibat des prêtres. Qu'on ramène la discipline à la forme spirituelle primitive par la suppression de peines telles que l' Interdit, sources de péché et de ruine pour les âmes. Les jours de fête devraient être limités au dimanche; les pèlerinages seraient défendus en raison des abus qui en découlent; la mendicité supprimée. Il faudrait diminuer le nombre de couvents et leurs privilèges et permettre, à celui qui le demande, de communier sous les deux espèces d'après les usages tchèques. On envisage ensuite la réforme de l' Université des Ecoles (moins scolastique, moins d'auteurs païens; étude de l'Evangile et de la Bible); une réforme sociale (abolition des maisons closes) et une réforme économique, agraire et anticapitaliste (contrairement à Calvin, Luther condamne comme "usure" tout prêt à intérêt). Cet ouvrage de Luther est d'une importance capitale pour l'histoire de la Réforme, parce qu'il donne un aperçu concis et complet des forces matérielles et spirituelles auxquelles Luther, dans son heureuse intuition, faisait appel pour mener à bien sa lutte religieuse. C'est précisément grâce à ces forces que la réforme triompha. Plus politique que religieux, l'ouvrage est l'appel à une guerre plus politique que théologique. L'appel, que Luther fait à l'Empereur, implique l'attrait d'une vengeance contre Rome et celui qu'il fait à la noblesse sous-entend la perspective de la confiscation des biens ecclésiastiques. La guerre religieuse de la Réforme démontre que cet appel ne fut pas inutile.

❝ Alphonse Allais ❞

Écrivain français 
(Honfleur 1855 ~ Paris 1905)
L’écrivain français Alphonse Allais et ses meilleures citations

Voici quelques-unes de ses célèbres citations :

Le sourire 
Il faut prendre l'argent là où il se trouve, c'est-à-dire chez les pauvres. Bon d'accord, ils n'ont pas beaucoup d'argent, mais il y a beaucoup de pauvres.
Dans sa volonté de supprimer les intermédiaires, il cherchait le moyen de passer directement du foin au lait sans passer par la vache.
Le sel de l'existence est essentiellement dans le poivre qu'on y met.
Il vaut mieux passer à La Poste hériter qu'à la postérité !
Impossible de vous dire mon âge, il change tout le temps.
Le café. Ce breuvage qui fait dormir quand on n'en prend pas.
C’est quand on serre une femme de trop près qu’elle trouve qu’on va trop loin.
Shakespeare n'a jamais existé. Toutes ses pièces ont été écrites par un inconnu qui portait le même nom que lui.
Il était normand par sa mère et breton par un ami de son père.
Un cocu ? Un entier qui partage sa moitié avec un tiers.
Le Chat noir, 11 Janvier 1890 
Une jolie femme sotte bien habillée, c'est une belle bouteille vide parée d'une superbe étiquette.
Le Chat noir, 11 Janvier 1890 
Dieu n'a pas fait d'aliments bleus. Il a voulu réserver l'azur pour le firmament et les yeux de certaines femmes.
Le Chat noir, 11 Janvier 1890
Les gens mariés vieillissent plus vite que les célibataires ; c'est l'histoire de la goutte d'eau qui, tombant sans relâche à la même place, finit par creuser le granit le plus dur.
Le Chat noir, 25 Janvier 1890
Nous parlons de tuer le temps, comme si hélas ! ce n'était pas lui qui nous tuait !
Extrait du journal Le Tintamarre, 28 Octobre 1877 :
La calomnie, ce n'est pas mauvais... contre l'hypocrisie.
Extrait du journal Le Tintamarre, 25 Mai 1879 :
Le comble de la pose : Ne pas sortir de chez soi, sonner sur son piano toutes les heures et toutes les demies pour faire croire aux voisins qu'on a une pendule.
À se tordre :
Mon aquarelle, peinte à l'eau de mer, fut sensible aux attractions lunaires, et sujette aux marées.
 À se tordre :
La civilisation, qu'est-ce que c'est, sinon la caserne, le bureau, l'usine, les apéritifs, et les garçons de banque ?
À se tordre :
Faut-il que les hommes soient bêtes de fabriquer des machines pour se tuer... comme si on ne claquait pas assez vite tout seul ! 
À se tordre :
Il résolut de mourir. Non pas pour se tuer, mais pour cesser de vivre.
J'ai une mémoire admirable, j'oublie tout.
Imbécile : Spécimen sans valeur marchande, le marché en est saturé.
Il faut demander plus à l’impôt et moins aux contribuables.
Le comble de l'obséquiosité : Enterrer les balles mortes.
Partir, c'est mourir un peu, mais mourir, c'est partir beaucoup.
La misère a cela de bon qu’elle supprime la crainte des voleurs.
Dans la vie, il ne faut compter que sur soi-même, et encore pas beaucoup. 
L'avantage des médecins, c'est que lorsqu'ils commettent une erreur, ils l'enterrent tout de suite...
La logique mène à tout, à condition d’en sortir.
La lune est pleine et on ne sait pas qui l'a mise dans cet état.
On n'est jamais trop recommandé auprès de ses chefs.
C'est curieux comme l'argent aide à supporter la pauvreté...

ET  TOUJOURS  TU  REVIENS

         Par : Marie France Gobé
💛 💚 💙 💜 💗
Image de calin & tendresse d'amour

Mon Cœur je ne peux vivre là où tu n’es pas 
Mon Âme devient désert – si aride de joie 
Ma vie ne rime à rien sans tes bras 
Car sur la route du temps je te rêve près de moi 
💕
Comme le vent -  ton souvenir me caresse 
Le goût amer du  temps  qui  passe
Apprends-moi  --  Que de Toi je me passe
💕
Ton esprit en mon cœur  m’aide à avancer
Et sur ce chemin  nos deux âmes égarées
Destin dis-moi  si le jour qui vient sera bleu
Si nos deux cœurs seront enfin heureux
💕
Et malgré tes silences – Toujours tu reviens
Et même si je me perds  dans ce rêve lointain
Plus rien n’existe quand tu es près de moi
A nouveau je souris  et tu m’ouvres les bras
💕
Tes yeux sont pour moi la lumière de l’Amour
Mon cœur peut chanter quand je pense à toujours
Parles moi  mon Cœur – Ta voix est une caresse
Tes mains déchainent en moi des délires des promesses
💕
Je vais t’aimer si fort – Toi qui es mon trésor
Et dormir chaque soir serrée contre ton corps
Pour ton plaisir t’aimer – t’aimer jusqu’au délire
Et dans cet Amour fou – attiser ton désir
💕
J’aimerai pénétrer dans le champ des possibles
Où le temps suspend son vol  tout doucement
Malgré l’interdit – vivre ce moment inaccessible
Où enfin ta main je prendrais amoureusement

Copyright © 2016 / MF  Gobé  

Poème du jour : Mon Amour 

Toile d'amour
Mon Amour
Mon Amour, tu ne sais à quel point je t'aime 
Cette passion pour Toi qui m'envahit 
Me brûle le Cœur et les Veines 
Pièges mortels et désirs inassouvis

Mon Amour, si nous pouvions 
Sur cette terre nous retrouver 
Pouvoir s'aimer sans restriction 
Vivre la vie dont j'ai rêvé


Mon Amour, le destin nous a piégés
A fait que nos chemins se sont croisés
Nos coeurs se sont trouvés
Mais au grand jour ne peuvent s'aimer


Mon Amour, quels seront nos lendemains
Tu es là, mais de moi tu es si loin
Le monde est vide, je ne suis plus rien sans toi
Mais aussi loin que tu sois je pense à toi


Mon Amour, comme j'aimerai
Dans tes bras me reposer
A cette souffrance ne plus penser
Avoir juste le coeur à t'aimer


Mon Amour, je suis lasse - Entends ma voix
De te savoir si loin de Moi
Ne pouvoir contre Toi, me blottir


Mon Amour, je t'avoue sans Toi, c'est l'enfer
Tu vis dans mon Imaginaire
Toi qui ne m'aimes pas assez
Pourquoi fuis-tu cette réalité


Mon Amour, Maintenant je sais
Qu'il n'y a pas d'Amour heureux
Je reste là , seule, à pleurer
Pourtant l'Amour s'appelle NOUS DEUX 

Poème d'amour: Me sens bien avec elle

Par Riahi M.
La Femme au tableau
Viens ! Le ciel est bleu,sans nuage
Déjà sur les gazons en fleurs
Nos jours passeront sans orage 
Viens dans mes bras,n'aie peur.
💝
En ta présence je me sens Roi
Un sublime rêve que je veux croire
En l’adorant, j'ai suivi sa longue voie
Elle, mon soleil, un rayon de ma gloire.
💝
Présente, les airs doux, la lumière pure
Sa patience, sa délicatesse, sa bonté,
Et je règne en amoureux sur la nature,
Car elle me verse la vie et la félicité.
💝
Mon âme a eu sa longue douleur
Ce plaisir que l’amour implore
Mon faciès couvert d’une pâleur,
Ma peau et mes yeux se colorent.
💝
J'ai apprécié ce que j'ai reçu d'elle
J’avais goûté la volupté suprême
Je plane un peu haut sans ailes
Et me sens bien avec ce que j’aime.
© Riahi Med 
Tous droits réservés

Clément Eugène Jean Maurice Cocteau est né le 5 juillet 1889 à 3h50, à Maisons-Laffitte, dans la demeure d’une famille bourgeoise. Il est le troisième enfant de Georges Cocteau, né en 1842, avocat devenu rentier, et d’Eugénie Lecomte, née en 1855. Il est le frère de Marthe (1877-1958) et de Paul (1881-1961). 
Image illustrant Jean Cocteau
Jean Cocteau : Biographie & Principales œuvres

01. Biographie : 

Ses parents se sont mariés le 7 juillet 1875, à Paris. Cancer de signe et d’ascendant : " L’homme, malgré un attachement excessif à son enfance, malgré une vie désordonnée, s’imposera par sa personnalité et réussira dans ses amitiés plus que dans ses amours ". "Il pèse six livres et demie, est bien constitué, un vrai bel enfant avec des cheveux noirs très touffus et la tête la mieux faite que j’aie vue chez un nouveau-né. Il n’est pas laid du tout, c’est un joli petit vieux" (Lettre d’Emilie Lecomte, grand-mère de Jean.)

Le 20 juiller, Jean Cocteau est baptisé à Maisons-Laffitte La marraine, Jeanne Durand-Viel, née Régnier, est la nièce de Georges Cocteau. Le parrain, Maurice Lecomte, l’oncle de Jean.
Il passe son enfance au grès des réceptions musicales que donne son grand-père. Ce dernier, d’une grande culture artistique, n’a de cesse d’initier le petit cancre de la famille à la musique. Cette période probatoire influencera considérablement sa perception créatrice tout au long de sa vie.
En décembre 1895, son bulletin de notes du premier trimestre de cinquième C : .. Intelligent, mais faible et facilement distrait ; esprit ouvert et fin, mais un peu agité ; travail inégal.
Le 5 avril 1898, Georges Cocteau se suicide dans son lit, d’une balle dans la tête. La veille, au cours d’une longue conversation qu’il avait eu avec Georges Durand-Viel, son petit-neveu, il avait semblé préoccupé par les fluctuations de certaines valeurs boursières. La mort, le suicide et le sang vont à tout jamais préfigurer ses oeuvres (Le Sang d’un Poète, L’Aigle à Deux Têtes, Le Testament d’Orphée...). Le tragique restera l’une des préoccupations majeures du poète, une exorcisation jamais comblée. Sa mère élève donc seule cet être difficile qui refuse de grandir, trouvant dans les états pathologique un moyen de se faire choyer. Aidée par une gouvernante allemande, Jéphine (Joséphine Ebel), Cocteau découvrit, très tôt, le monde du spectacle et de l’illusion. Il s’émerveille face à la beauté du cirque, face au prestige des divertissements du Châtelet (Le Tour du Monde en 80 jours). Entre trois grippes et deux utopies, il passe des heures, dans sa chambre, à improviser des spectacles autour de son petit théâtre miniature, où il réinvente les décors. La maladie a ses jeux, dont la quintessence ranime l’âme créatrice.

De 1900 à 1904, il est èlève au Lycée Condorcet d’où il sera renvoyé pour indiscipline. Il écrit ses premiers vers. C’est dans cette cour du lycée qu’il aperçoit, pour la première fois, l’élève Dargelos, le "premier symbole des forces sauvages qui nous habitent", le fantasme qui allait habiter chaque compagnon de Cocteau, chaque personnage masculin de ses oeuvres. Sans équivoque, on retrouve le personnage de Dargelos dans Le Livre Blanc et Les Enfants Terribles". Renvoyé du lycée, Il fera sa seconde et sa première à l’école Fénelon, rue du Général-Foy.

En 1906, il entre dans ’l’atroce gâchis de sa dix-septième à sa vingt-deuxième année, selon l’expression qu’il emploiera plus tard. Il écrit des poèmes pour les siens, d’une veine sentimentale et symboliste. En avril, le grand-père Lecomte meurt. De mai à juin, il a une brève liaison avec Jeanne Reynette, une vedette de l’Eldorado.. " Si tu savais comme je t’aime, et comme j’étais heureuse dans tes bras te sentir là dans moi ! il y a si longtemps que je désirais ce moment-là ! est-ce un rêve ? Je t’adore, toute à toi. Reyne. " Il fait sa première fugue à Marseille, après un nouvel échec au baccalauréat, où il découvre les marins et l’opium. Son frère Paul va le rechercher. Il devient élève au cours privé de M. Dietz, rue Claude-Bernard. En 1907, il échoue deux nouvelle fois au baccalauréat.

En 1908, il fait la rencontre du comédien Edouard Max. Ce dernier, fasciné par l’écriture de Jean, décida d’organiser une lecture de ses poèmes au Théâtre Fémina, sur les Champs-Elysées. Il fait également la connaissance de Marcel Proust et de Reynaldo Hahn. Jean Cocteau, qui vit chez sa mère, 10 rue d’Anjou, loue une aile de l’hôtel Biron rue de Varenne, où habite Rodin.

En 1909, Cocteau est réformé pour faiblesse de constitution. Il publie son premier livre, à compte d’auteur, La lampe d’Aladin. Il fréquente Anna de Noailles, le peintre Jacques-Emile Blanche, Sacha Guitry, François Mauriac et se lie avec Diaghilev, mécène et directeur de troupe Russe, va bouleverser, irrémédiablement, tout son bel équilibre. Il se lie également à Stravinsky. Dandy, il se promènera dans les rues de Paris, affichant un style très provoquant. Il publie Le Prince Frivole en 1910.

❝ Émile Chartier, dit Alain ❞

Philosophe français 
(Mortagne-au-Perche 1868 ~ Le Vésinet 1951)
Émile-Auguste Chartier, dit Alain

Voici quelques-unes de ses célèbres citations :

Idées, Étude sur Descartes 
[...] Un sage se distingue des autres hommes, non par moins de folie, mais par plus de raison.
Propos sur la religion  
Réfléchir, c'est nier ce que l'on croit.
Histoire de mes pensées 
Une idée que j'ai, il faut que je la nie : c'est ma manière de l'essayer.
L'amour maternel est le plus éminent des sentiments égoïstes, ou, pour dire autrement, le plus énergique des sentiments altruistes.
L'amour est sans patience, il espère trop, la moindre négligence lui apparaît comme une insulte.
Histoire de mes pensées 
Les temps sont courts à celui qui pense, et interminables à celui qui désire.
On prouve tout ce qu'on veut, et la vraie difficulté est de savoir ce qu'on veut prouver.
Le mariage, depuis le moment où il est conclu et scellé, est une chose à faire, non une chose faite.
Propos 
Un fou, c'est un homme qui croit tout ce qui lui vient à l'esprit.
Propos 
La bonne humeur a quelque chose de généreux : elle donne plutôt qu'elle ne reçoit.
La force des méchants, c'est qu'ils se croient bons, et victimes des caprices d'autrui.
Éléments de philosophie
Aimer, c’est trouver sa richesse hors de soi.
Tous les maux humains, sans excepter la guerre, viennent de ce que l'on croit trop vite et avec bonheur.
Définitions 
La justice est la puissance établie de la partie raisonnable sur la partie rapace, avide, cupide, voleuse, ce qui conduit à résoudre ces problèmes du tien et du mien comme un arbitre ou par l'arbitre. 
Comme la partie rapace est fort rusée, et d'abord égare le jugement, la justice ne se maintient que par des ruses ou précautions contraires. La principale est le contrat, qui est établi dans les temps où la cupidité n'a pas encore d'objets présents. Quelqu'un inventa ce contrat de partage entre deux héritiers : «Tu fais les parts et je choisis, ou bien je fais les parts et tu choisis.»
Noël, c'est le printemps de l'esprit ; c'est tout promesse.
Propos sur l’éducation 
Dès que l'on s'instruit en vue d'enseigner, on s'instruit mal.
Hegel 
L'adolescent est l'être qui blâme, qui s'indigne, qui méprise.
Il suffit de se croire esclave pour l'être en effet.
Portrait de famille Certes 
Dieu n'a pas besoin de l'existence ; c'est bien plutôt l'existence qui a besoin de Dieu.
J'ai souvent envie de demander aux femmes par quoi elles remplacent l'intelligence.
Propos sur le bonheur 
Faire plaisir, n'est-ce pas être menteur, flatteur, courtisan ?
Propos sur le bonheur 
Plus l'existence est difficile, mieux on supporte les peines et mieux on jouit des plaisirs.
Le bonheur est une récompense pour celui qui l'a mérité sans le chercher
On n'est pas ce qu'on veut, mais on n'est quoi que ce soit que si d'abord on veut.
Exister est bon, non pas meilleur qu'autre chose ; car exister est tout et ne pas exister n'est rien.
Avec Balzac 
L’erreur propre aux artistes est de croire qu’ils trouveront mieux en méditant qu’en essayant […] Ce qu’on voulait faire, c’est en le faisant qu’on le découvre.
Le seul intérêt de la pensée est de donner un sens à la religion.
Les idées et les âges Le conteur, qui veut faire paraître des choses absentes, y réussit bien mieux par le frisson de la peur que par une suite raisonnable de causes et d'effets.
Propos d'un Normand
Un fou qui dit par hasard le vrai n'a pas la vérité.
Minerve ou De la sagesse Toutes les passions, comme le nom l’indique, viennent de ce que l’on subit au lieu de gouverner.
Il n'existe point d'architecte qui puisse dire : Je vais oublier tout ce que les hommes ont construit.
Le mariage, depuis le moment ou il est conclu et scellé, est une chose à faire, non une chose faite.

Retrouvez les citations les plus célèbres de Marcel Achard, issues de discours et ouvrages...

❝ Marcel Achard ❞

Auteur dramatique français 
(Sainte-Foy-lès-Lyon 1899 ~ Paris 1974)
Marcel Achard avec ses célèbres citations

Voici quelques-unes de ses célèbres citations :

La force des femmes n'est pas dans ce qu'elles disent mais dans le nombre de fois qu'elles le disent...
L’homme poursuit la femme jusqu’à ce qu’elle l’attrape.
J'ai des tas d'idées brillantes et nouvelles, mais les brillantes ne sont pas nouvelles et les nouvelles ne sont pas brillantes.
L'idiote, III, Josefa. 
Mon corps n'en fait qu'à sa tête.
L'idiote, III, Sévigné, puis Josefa. 
- [...] La justice coûte cher. 
- C'est pour ça qu'on l'économise.
Jean de la Lune 
Je chante faux, mais j'entends juste.
Jean de la Lune 
J'adore répondre. Je réponds même quand on ne me demande rien.
Je ne vous aime pas 
L'espérance est un de ces remèdes qui ne guérissent pas mais qui permettent de souffrir plus longtemps.
La fidélité est plus difficile que l'innocence.
Gugusse 
Le baiser d'une femme, c'est la poignée de main du boxeur avant le combat.
Je n'ai qu'une parole, mais je n'ai pas de mémoire.
Auprès de ma blonde 
La femme a la passion du calcul : elle divise son âge par deux, double le prix de ses robes, triple les appointements de son mari et ajoute cinq ans à l'âge de sa meilleure amie.
La vieillesse, c'est quand on va dans des restaurants où il y a des sommeliers, et non plus dans ceux où il y a des serveuses.
Patate [En exergue] 
Le remède est dans le poison.
Patate 
Rollo : Tu es d'une franchise assommante ! 
Édith : Tu préférerais que je ne dise pas ce que je pense ? 
Rollo : Je préférerais que tu ne penses pas ce que tu dis !
Que les femmes seraient agréables si elles ne tenaient pas absolument à être heureuses ! 
Le piéton est une espèce de microbe qui vit dans les artères et qui gêne la circulation.
Ne disons surtout pas la vérité. Vous connaissez ma formule : la vérité salit les puits
Pour être spirituel, faut être deux...
Il n'est pas une seule jolie femme qui puisse satisfaire tous les désirs qu'elle inspire
Attendre, c'est presque toujours espérer.
Quelles que soient les larmes qu'on pleure, on finit toujours par se moucher
L'amour, c'est être toujours inquiet de l'autre.
Si on raconte son bonheur, on le diminue.
Il n'y a qu'une chose certaine dans la vie; c'est qu'on la perd.
Un gentleman ne frappe pas une femme en gardant son chapeau sur la tête.
Rien ne s'arrange, mais tout se tasse.

POÈME AMOUREUX : JE L'AIME A MOURIR

L'un des meilleurs image de je l'aime à mourir mon amour
Je l'aime à mourir cette personne
Mon esprit est très soucieux,
Sur les vagues et dans l’ombre
Cent fois je meurs en ses yeux,
Je n’ai pu compter le nombre.
💛
Je vibre sincère pour ma mie
Même si elle est un peu rebelle
Avec elle, je me sens au paradis.
A mes yeux, elle est trop belle.
💚
Tout à ses côtés me semble,
Plaisir et me rend fort audacieux
De sa chaleur encore j’en tremble
Je plane et fantasme dans les cieux.
💙
Je cherche l’infini de ses rebords
Elle m’offre ses jolis œillets,
Je la serre contre moi très fort
Écrasant ses bouts pourprés.
💜
Je l'embrasse sur ce bord ci,
Ce sacré grand désir m'ordonne
Et en entier je me donne aussi
💋
Le Copyright © Riahi Med
Fourni par Blogger.