Meilleures Citations de Charles Baudelaire

❝ Charles Baudelaire ❞

Poète français 
(Paris 1821 ~ id. 1867)
Citations Charles Baudelaire
Charles Baudelaire citations célèbres

Voici quelques-unes de ses célèbres citations :

Dieu serait injuste si nous n'étions pas coupables.
Projets de lettre à Jules Janin :
Faut-il qu'un homme soit tombé bas pour se croire heureux.
Journaux intimes / Fusées, I :
Ce qui est créé par l'esprit est plus vivant que la matière.
Journaux intimes / Fusées, III :
La volupté unique et suprême de l'amour gît dans la certitude de faire le mal. - Et l'homme et la femme savent de naissance que dans le mal se trouve toute volupté.
Journaux intimes / Mon cœur mis à nu :
La femme ne sait pas séparer l'âme du corps.
Journaux intimes / Mon cœur mis à nu :
La jeune fille, ce qu'elle est en réalité. Une petite sotte et une petite salope ; la plus grande imbécillité unie à la plus grande dépravation.
Journaux intimes / Mon cœur mis à nu :
Ne pouvant pas supprimer l'amour, l'Église a voulu au moins le désinfecter, et elle a fait le mariage.
Journaux intimes / Mon cœur mis à nu :
La femme est naturelle, c'est-à-dire abominable.
Curiosités esthétiques :
Le mal se fait sans effort, naturellement, par fatalité ; le bien est toujours le produit d'un art.
Le diable, je suis bien obligé d'y croire, car je le sens en moi !
On n'est jamais excusable d'être méchant, mais il y a quelque mérite à savoir qu'on l'est ; et le plus irréparable des vices est de faire le mal par bêtise.
L'Art romantique :
Manier savamment une langue, c'est pratiquer une espèce de sorcellerie évocatoire.
L'Art romantique :
Tous les grands poètes deviennent naturellement, fatalement, critiques.
Les Fleurs du mal, Femmes damnées :
Maudit soit à jamais le rêveur inutile 
Qui voulut le premier, dans sa stupidité, 
S'éprenant d'un problème insoluble et stérile, 
Aux choses de l'amour mêler l'honnêteté !
Les Fleurs du mal, Le voyage :
Pour ne pas oublier la chose capitale, 
Nous avons vu partout, et sans l'avoir cherché, 
Du haut jusques en bas de l'échelle fatale, 
Le spectacle ennuyeux de l'immortel péché : 
La femme, esclave vile, orgueilleuse et stupide, 
Sans rire s'adorant et s'aimant sans dégoût ; 
L'homme, tyran goulu, paillard, dur et cupide, 
Esclave de l'esclave et ruisseau dans l'égoût ; 
Le bourreau qui jouit, le martyr qui sanglote ; 
La fête qu'assaisonne et parfume le sang ; 
Le poison du pouvoir énervant le despote, 
Et le peuple amoureux du fouet abrutissant ;
Les Fleurs du mal, Au lecteur :
La sottise, l’erreur, le peché, la lésine, 
Occupent nos esprits et travaillent nos corps, 
Et nous alimentons nos aimables remords, 
Comme les mandiants nourrissent leur vermine. 
Nos péchés sont têtus, nos repentirs sont lâches ; 
Nous nous faisons payer grassement nos aveux, 
Et nous rentrons gaiement dans le chemin bourbeux, 
Croyant par de vils pleurs laver toutes nos taches. 
Sur l’oreiller du mal c’est Satan Trismégiste 
Qui berce longuement notre esprit enchanté, 
Et le riche métal de notre volonté 
Est tout vaporisé par ce savant chimiste. 
C’est le diable qui tient les fils qui nous remuent ! 
Aux objets répugnants nous trouvons des appas ; 
Chaque jour vers l’enfer nous descendons d’un pas, 
Sans horreur, à travers des ténèbres qui puent. 
Ainsi qu’un débauché pauvre qui baise et mange 
Le sein martyrisé d’une antique catin, 
Nous volons au passage un plaisir clandestin 
Que nous pressons bien fort comme une vieille orange. 
Serré, fourmillant, comme un million d’helminthes, 
Dans nos cerveaux ribote un peuple de Démons, 
Et, quand nous respirons, la Mort dans nos poumons 
Descend, fleuve invisible, avec de sourdes plaintes. 
Si le viol, le poison, le poignard, l’incendie, 
N’ont pas encor brodé de leurs plaisants dessins 
Le canevas banal de nos piteux destins, 
C’est que notre âme, hélas ! n’est pas assez hardie. 
Mais parmi les chacals, les panthères, les lices, 
Les singes, les scorpions, les vautours, les serpents, 
Les monstres glapissants, hurlants, grognants, rampants, 
Dans la ménagerie infâme de nos vices ; 
Il en est un plus laid, plus méchant, plus immonde ! 
Quoiqu’il ne pousse ni grands gestes ni grands cris, 
Il ferait volontiers de la terre un débris 
Et dans un bâillement avalerait le monde ; 
C’est l’ennui ! – l’oeil chargé d’un pleur involontaire, 
Il rêve d’échafauds en fumant son houka. 
Tu le connais, lecteur, ce monstre délicat, 
– Hypocrite lecteur, – mon semblable, – mon frère !

Vous trouverez une sélection des meilleures et célèbres citations de Charles Baudelaire notées et classées par popularité.