Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du janvier, 2014

L’amour est un joyaux

L’amour est un joyau Il nous extirpe le noyau De la cerise juteuse sur le paillot
De ma fenêtre mon arbre est là Imperturbable tel un prélat Il me fait face c’est son apostolat
Il m’évite tant de chagrins Je n’y vois qu’un grain Pour chantonner son refrain
Pourtant j’avoue que quelquefois Ou plutôt bien des fois Je remets en cause ma foi
Mes joyaux sont une multitude de couleur Parfois je les prends pour des leurres Leurs éclats me font pâleurs
Maudits soient ces sentiments Tant de fois et fabuleusement Semblable à un enfantement
L’important c’est d’aimer Ton affection est finalement Le don d’un amour absolu
Nous fêterons notre amour Ce jour avec un certain humour Marchant sur le tapis rouge
Après tout l’amour n’a pas de mesure Même si à l’usure il rapetisse Il reste toujours un éclat dans le cœur
A la Saint-Valentin la recherche d’un joyau Sonne les cloches de sentiments loyaux D’une union dont le futur ne peut-être vieillot
© Monique Isope Macalou 

Poème : Je t'ai aimé

Je t’ai tout de suite aimé :
Je t’ai rencontré Tout de suite aimé Ma belle Viviane Belle à croquer Comme un fruit d’été
Tu portais un cuir Usé aux années Qui ne font que fuir Moi, je suis resté J’étais en amour Sans rien en retour
Je rêvais de toi De moi contre toi Juste pour un moment Juste pour un baiser Un de tes baisers
J’aurais tout donné Sacrifié ma vie Juste pour une seule nuit Collé tout contre toi Dans ton petit lit
Mais t’aimais Jimmy Des yeux que pour lui Et que de l’amitié Dans tes yeux pour moi Pis ça me faisait chier
Je t’aimais plus, moi Peut-être plus que lui Pourquoi, lui, pas moi Je me l’ai demandé Jamais je te l’ai dis
..Par : Colin Marcoux

Son Charme

Poème du jour : Son Charme  Bon dieu de bon sang assistant,
Son charme est un hypnotisant,

Elle est toute à mon regard,
J’espère lui être toujours séant,

Que de vivre le tourment galopant,
Que je trouve trop bavard.

Mes pensées deviennent rêves,
Sans limites et non brèves,

D’elle le songe qui m'a bercé,
De ses yeux marron et d’un trait attirant,

Ou je promène mon air mon chant,
D'un cœur écœuré des pleurs d’un encensé.

Au réveil loin d’elle est un matin déchirant,
Que pour elle ma soumission comme un galant,

Comme le parfum d’une rose,
Vivant un amour de la façon,

Adieu la morale et toute leçon,
Je n’entends, que lorsque c’est elle qui me cause

Le Copyright © Ali. T

La fidélité illumine les cieux

Poème d'amour : La fidélité illumine les cieux Le vrai et sincère reste sans changement Ma belle, de mon côté elle s'est rangée Elle ne tient à se déguiser aucunement, Elle ne badine pas, elle n'a pas changé.
Quand ma fidèle usait de ses charmes, Mon cœur reprenait ses soupirs émouvant, Amour, je plane les yeux en larmes, Mais enfin ce n'étaient que brise et vent.
Je ne veux changer les belles couleurs, Sa beauté frappe en plein comme flèche Elle coule dans mes veines à toute heure Pourrai-je ainsi colmater les brèches ?
Pour un baiser sur son front et ses doigts Mon petit cœur est allé servir son âme J'ai confié ma vie d'esclave à ses lois Corps et âme je reste utile à cette dame.
Fidèle à ses yeux qu'elle sait peindre Son regard peut calmer mes douleurs Je souhaite afin de ne plus me plaindre Qu'elle ne change pas d'yeux et de cœur.
Sa tendresse, m'a rendu plus que sage Amoureux, je reste fidèle à mon endroit Elle est ma muse et mon apprentissage, Quand je compose, …

Bénies soient les amours

Poème : Bénies soient les amours Bénies soient les amours Tout le temps qu’elles respirent L’odeur de sainteté Qui leur donne les forces De vivre leur bonheur Et surtout de le dire le redire Sans l’ombre d’un doute
Bénies soient les amours Dans leurs temps d’embellies Où résonnent haut et fort Les échos de leurs chants de sirènes Ou dans le temps d’une larme Qui ne sèche que dans le vent D’une caresse éphémère
Bénies soient les amours Dans les jeux de leurs regards Qui vont vers l’infini D’où ils tombent songeurs Sans pouvoir se relever Dans l’espace d’un ultime baiser Qu’ils se donnent sans illusion
Bénies soient les amours Dans les battements souvent Silencieux de leurs cœurs Qui tendent vers l’unisson Au plus haut de leurs ébats Qui se perdent dans les neiges Ou les nuages qui cachent l’horizon

Manipulateur

Séduire pour arriver à tes fins
Vouloir brusquer le destin
Quand il s'agit d'une femme
Il y met toutes son âme devient
Alors charmeur de plus en plus menteur
Il piétine dans l’indifférence,
Volent leur espoir leur âme
Bafouent l’amour en silence
Sans pensé au lendemain
Les séduisant au détour d’un chemin
C’est sa manière à lui d’exister
Ce cachant de la réalité
Manipulateur...
Les jetant après usage
Les effaçant de sa mémoire
Il se bat pour briser la femme
Sa force, sa belle âme
Pour lui, elle n’était qu’un leurre
Elle, elle enlacer son malheur
De vouloir croire au bonheur

Ce que je sens

Je ne sais choisir quel mot Et quelle phrase et sa dose Pour éliminer tous les maux  Sans tomber dans l'overdose.
Mon cœur veut toujours plaire La poésie m'offre ses couleurs  Rien ne saurait me faire taire Si mon âme aime les fleurs.
J'avouerai que j'aime la prose  Et je gagerais que les idées  A mes yeux seraient peu de chose Si l'être est contre sa liberté.
Il est plein de charme et de grâce Je ne reconnais pas les raisons  Le jeune empressé, avec audace Rougit ! Ai-je dit son nom ?
Nul n'a une très habile main ! Explique lui, le su, le lu, le vu  Se soumettre à la volonté du bien Il fuit vite, on dirait qu'il a trop bu. ... M.Riahi

Dis-moi que notre amour durera

Poème : Dis-moi que notre amour durera Sais-tu que je t’aime
De tout mon cœur, de toute ma rage Comme le feu sur une page Comme un lion hors de sa cage Qui dévore tout sur son passage
Je te suie comme les nuages Au-dessus des chemins de passage Jusqu'au rebord de toi Jusque sous ton toit Où je me love contre toi
Je suis fière d’être aimé Par une femme telle que toi Aimé et respecté dans ta Foi Plus dure qu’une pierre sacrée Sur nos corps plus que sucré
Dans ton océan salé D'où tu viens me bercer Chaque nuit pour calmer mon âme De ce guerrier brisé aux armes Qui reposent à tes pieds
Si tu partais ce soir J’en aurais le cœur coupé Et fendue dans la forêt de la mort Où les loups viendraient manger mes os Clouer en croix sur un poteau
Dis-moi que toi et moi Que notre amour durera Que jamais il se perdra Que toujours il volera Plus haut que nous, que tout

Étendue sur l’amour

Le jour comme la nuit Dans les bois de la vie J’ai défriché l’amour Pour y semer l’amour Et récolter ses fruits
Porté par le printemps Sous la brise du vent Je suis tombé en amour Aux pieds d’une branche Où dormais un ange
Sur les cils de ses yeux J’ai monté vers le ciel J’ai grimpé dans les cieux Pour voir son visage Dans les prunelles de dieu
Étendue sur l’amour Collé à sa bouche Comme un nouveau né Je me suis abreuvé Au miel de sa ruche
De l’encre de mes bleu À la pointe du feu J’ai écrit son prénom Sur une page blanche Aux creux de mes anches

Quant au Silence - Poème de Karmanda Maghi

Quant au Silence :Le silence sera mon ultime demeure Je l’ai parfois souhaité, adulé, aimé Il couvrait de sa cape,  Mes joies, Mes craintes, Mes douleurs.  J’y savourais aussi mes esquisses du bonheur.
Le silence, en ouate de mes recueillements Un écrin de sagesse,  Quand cette vie m’agresse. Je ne sais pas trahir,  Me venger ou haïr, Je ne rends pas les coups, Au plus, je les évite. Et tous ceux qui les donnent Me touchent et m’attristent.
Faut-ils qu’ils soient malheureux Perdus, en détresse, Pour mettre tant d’énergie A polluer ma vie.
Ma main se veut tendue Secourable, caressante En fibre de lumière En amitié sincère. Je sais me faire amie d’un cruel ennemi,  Je sais panser ses plaies L’aider dans sa quête d’être aimé.
J’aurais aimé un monde fait d’amour De poètes, généreux troubadours, J’aurais aimé chasser du monde la tristesse Ne plus jamais entendre tous ses cris de détresse, J’aurais aimé ne pas trouver refuge dans le silence ; Juste un apaisement Dans mes attentes : vos rires. Et que, pour seule arme,  M’ag…

Mes feux follets

Au matin de nos nuits Mon esprit en délire, te rejoint Dansent les feux follets Dansent les étoiles Danse la voie lactée. Il fait jour, le soleil s’est levé Moi, je ne vois plus que les feux follets.
J’aime quand tu bouscules nos simples vérités Que le monde bascule, découvrant nos secrets. Qu’avons-nous à cacher, à ce monde imbécile ? Jaloux de nos délires Jaloux de nos projets Jaloux du verbe aimer. A bien le conjuguer ce n’es plus un secret Les draps en sont témoins Ils iront leur parler Sans doute les froisser Leurs illusions abandonnées.
J’aime quand tu bouscules nos simples vérités Quand les nuits et les jours, dansent les feux follets. C’est notre amour qui danse Il n’est plus à rêver Tu es là, tu m’enlace La nuit n’est plus silence Dans notre réalité. Copyryght  © karmanda maghi

Poème : Donne-moi l'amour

Poème : Donne-moi l'amour :Donne-moi un thème Donne-moi le mot amour,
Et qu’avec ça je commence mes jours Donne-moi encore une chance
De voir longtemps dans tes yeux Toute ta reconnaissance
Accorde-moi toute ta confiance Que je puisse prendre conscience
De ma véritable existence Donne moi la chance de te montré que j’ai raison,
Que notre amour n’était pas qu’une illusion Pourquoi n’écoute tu pas ton cœur
Pourquoi me vois tu pas mes pleurs ? Pourquoi ne fait tu plus confiance a la vie.
L’espoir dont mon âme pour toi ce nourrissais, A laisser place a cette amertume
A déchirer nos plus beaux sentiments. Je suis resté prés de toi, espérant te confié,
Tous ce que mon cœur avait de plus beau à te donner Aujourd’hui, une seule pensée m’obsède,
Pourquoi tout est partit en fumé, Comme ci de cet amour, rien n’avait jamais existé.. Vous aimerez sans doute : Citations & Proverbes d'amourDonne-moi le pur de ton amourDis-moi que notre amour durera