Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du avril, 2015

Mon Troisième Œil Aime

Poème du jour :
MON TROISIÈME ŒIL AIMEMes deux yeux ont mal  De voir des choses infernales...
Endiablées et redoutables Mes oreilles," ailes ", 
Avec mon troisième œil Sont plutôt dans l'accueil,
Du ravissant... D’une lune ronde dorée 
D’un soleil digne de sa chaleur D’un ciel qui déborde de ses étoiles, 
D'une mer qui aime ses vagues.. D'une nuit qui au jour dit oui..
De secondes éternelles de la vie, et D’une aurore qui ne se doute jamais
Alors,  Pour ne plus être témoin du hideux Et du vilain
Je mets, tout le tout de coté  Et m'enfuis, 
Dans un profond sommeil  De mon âme, 
Pour la reposer... Au-delà de la nuit... Droit d'auteur réservé à Iman Omar © le 06-07-2014
Depuis quelques mois, la poétesse peintre américaine d’origine égyptienne Iman Omar ne passe que rarement dans cette rubrique quotidienne. Et la cause est qu’elle s’est tournée presque totalement vers l’écriture des haïkus et autres poèmes de très petite taille, ce qui n’offre pratiquement pas la matière suffisante…

Dans le cœur d’une nuit

Dans le cœur d’une nuit : Par :Monika Del Rio  ( poétesse polonaise installée en Ethiopie )
Dans le cœur  D’une nuit africaine  Qui bat  En reggae - ragga  Un fleuve épais  De sang chaud  Te donne la soif  De la vie. 
Tu t’admires  Dans le miroir  De l’œil  Du lac  Au regard de saphir  Sombre dans sa profondeur  Comme la Nuit.
Il te reflète  Un visage étranger  Ta face inconnue –  Ton avatar  Caché avec l’avarice  Comme on cache  Un sac plein  De louis d’or. Ici tu ne tromperas personne.
L’écu pâle de la lune  Qui prend son bain juste à côté  Cligne la paupière  Ironiquement.
Un souffle frais   T’appelle et t’attire  Vers le fond.
Le corps courbé  Du chacal –  Lui aussi est venu  Pour y regarder  Son vrai visage.
Au bord de l’eau  Nous sommes tous  Frères  Et on échange  Les regards intimidés.
Pourtant  Derrière  De la profondeur de la nuit  On entend seulement  Le bruit d’os brisés.
La nature prend le dessus  Sur la tendresse.  En ce seul instant  Tu vois  Ton visage  Changé  En masque de chacal,  Les yeux jaunissent  Les dents  Pareilles…

Les Noces Éternelles

Tout comme au soir d’un élégant rendez-vous, j’ai déposé avec soin sur mon lit fait de satin,  ma tenue de liberté à l’envolée sizerin.
Brodée de mousseline noire, elle sied au plus près  de mon teint qui d’ici là, aura perdu le rosé de ses  pommettes en un sommeil opalescent.
Le calme règne dans cette pièce close à double tour. Des effluves de jasmin qui, en brume s’évapore du bain,  font vaciller les flammes scintillantes des  candélabres de marbre, se jouant de mon macabre théâtre.
Assise sur le bord émaillé, je tends le bout de mes  doigts vernis de cassis, dans cette mousse soyeuse, où  mon attente crépite et éclate en larmes. Le désir me  fait osciller entre pudeur et charité de ma chair, pour  ce geste irréparable que je m’apprête à exécuter.
Une gorgée à mes lèvres frémissantes, d’un  chardonnay enivrant. Divin élixir aux milliards de billes  qui éclatent sous ma langue, emportant les quelques  pilules aux couleurs moroses, plongeant mon conscient  dans un parallèle aux teint…

Cri de douleur

La misère non, La dignité oui.
Nous ne sommes pas des bêtes, Nous sommes des hommes.
Égalité pour tous, Non aux pauvres, Justice pour tous, Non aux riches.
Il faut crier notre détresse, Il faut crier notre désarrois.
Il faut implorer justice, Il faut implorer égalité.
Il faut s'unir, Il faut réagir.
Révoltons nous tous ensemble, Uni d'une seule voix : justice, égalité, fraternité.
Ne laissons pas notre destin, Face à la décadence.
Nous devons prendre à deux mains, Notre vie, nos espoirs, notre intégrité.
Nos cœurs sont blessés, Personne ne dit rien, Personne n'agit.
Tous ensemble appelons à s'unir, contre l'anarchie, la convoitise, contre l'autorité sans cesse grandissante, Ensemble d'une seule voie : agissons vite. "Copyright © MOD VAREIL Envoyé le : 23/04/2015 23:05:47

Ode à la vie

Le temps passe,  La  vie continue, Et les années s'écoulent.
Le jour apparaît, La nuit disparaît, Et les lumières dansent.
Tout bouge, Tout s'affronte, Et le monde n'est que changement, Tumulte et désordre.
Les yeux hagards, Le cœur meurtri Je joue avec les années, Comme les années jouent avec moi.
Comme un souffle d'espoir, J'entends le murmure du vent, Qui balaie mon passé, Ces années perdues, à jamais oubliées.
Le temps passe, La vie continue, Et les années s'écoulent.
Le bonheur jaillit, L' amour s'épanouit, Et le rêve renaît.
Je ne regrette rien, ni personne, Ni les rêves insensés, d'un bonheur sans fin, A jamais enfoui dans mon cœur, Ni l'amour qui s'éveille et se balance, Devant mes yeux émerveillés, Chantant le renouveau, Comme un oiseau sur la branche.
Le temps passe,  La vie continue, Et les années s'écoulent.
Mon cœur s'emporte, Ma tête explose, Mon corps tremble.

Tout est rêve, Tout est amour, Et tout s'affronte autour de moi.
Devant un destin inconnu. Et do…

La Déclaration Pour Toi

Je tenais à remercier  +karmanda maghi pour sa belle déclaration Très belles lettres - très beaux textes pleins de poésie Je te dis très beau, que d'émotions à lire ce poème ! Merci à toi  Dans la vie tu es prince dans mon cœur tu es roi  J’ai quelques maladresses en m’approchant de toi  Je n’ai rien à donner, la vie a oublié  À ma naissance : les ors, un nom es qualité.
Pour toi, je ne suis riche que ton amour  Et juste en ricochet, te le donne en retour  Tu es mon beau miroir, mon reflet lumineux  Belle je suis, quand je suis dans tes yeux. 
Je ne demandais rien, tu es là en cadeau  À la vie je pardonne car il est encore tôt  L’avenir pour t’aimer puisque ma vie commence. Quelques balbutiements et de faibles errances
Me disaient que la vie était sans importance. Mais à t’aimer ainsi j’en mesure le prix  Je suis venue au monde dans un but bien précis  Avancer et cueillir une âme tolérante 
Je l’ai trouvée enfin cette âme d’excellence  Généreuse ô combien mon prince, mon bon roi  …

Ma Belle Sirène

Quand le soir brunit les plaines  Le désir devient un peu bruyant,  Et à me retenir j'ai de la peine  Je saute, je voltige en tournoyant.
Bonheur, à la femme que j'aime, A demi-nue sans son corsage, Elle a un joli corps, mon emblème  Que pour sa beauté au passage.
Une toute croquante jeune fille  Sa bonté est une grâce de la vie  Perçant mon cœur d'une aiguille, Plus je la vois, plus je suis surpris.
Je plane haut dans l'espace, Comme l'éclair dans l'azur ciel  L'ouragan passe et repasse  Ne peux et ne veux voir qu'elle.
Voici une sirène trop rapide, Qui vole comme un oiseau  Sa peau blanche splendide  Un beau dessin sur un tableau.

Au premier Rendez-vous

Poème du jour : Au premier Rendez-vous Toute une  Vie  Pour juste  Ce moment  Intimiste  Pour nous deux  Entre deux bougies  Cette rencontre  De deux étoiles Tissant une Nouvelle toile Au premier Rendez vous Impatience Conscience Quelle chance Que c'est lui Que c'est elle Que l'on voudrait Pour écrire Ne serait ce Un bout De partition Ici et là bas De ma vie Sur papier A jamais De se le dire Sincèrement Même si Sur la table Si amer est le café Que faire Pour te plaire De plus Pour y croire Mais je sais Seul le temps Me permettra De consolider De fortifier Ce bien Intérieur Qui n'a guère De prix Si précieux Pour notre Avenir L'amour qui me tient A mon autre L'espérance De la sentir si près La victoire enfin De vivre enfin Avec le temps Sereinement En faisant face Avec ce mot Que tu aimes Tant Rêve Sans temps Sans heure Sans lieu Près du coeur C'est elle Qui me fait frétiller Avec ce regard Si doux Dont je n'ai pas De mot Pour définir Ce qui me Chamboule tant

Après avoir été pendant plus de cinq ans plongé dans les abysses de …

Un besoin d'amour

D'un regard  Ils se sont rencontrés  Quai de gare  La passion s'est montrée. Adultes errent, adultère
Chaque jour  Ils se sont retrouvés  Et l'amour Entre eux deux a couvé.   Adultes errent, adultère
Un besoin   D'échapper à leur vie    Dans un coin  Tapies sont leurs envies  Et leurs corps  Pas à pas rapprochés  Un accord  Qu'ils auront recherché.
Un matin  C'est le premier baiser  Le chemin  S'est d'un coup embrasé  Et leurs yeux  Se sont mis à briller  Merveilleux  out ce temps à piller.
A l’hôtel  Ils se sont découverts  Sensuel Devient leur univers  Adultes errent, adultère 
Leurs deux cœurs  Battent à l'unisson  Pas de peur  Juste de doux frissons  Adultes errent, adultère. Philippe Correc © tous droits réservés Août 2013
Comme dans presque tous les poèmes précédents de cet auteur , les points les plus pertinents dans ce nouveau sont ,nettement,  la narrativisation de la poésie et le rythme sonore et visuel .Ce à quoi s’en est suivie la relégation de l’image à un niveau  second…

Pour toi Maman

Je dédie ce poème à toutes les mamans que j’ai composé en m’inspirant de l’histoire d’une jeune fille qui n’a pas toujours écouté sa mère…


POUR TOI MAMANTu m'as donné des ailes  En m’enseignant la bravoure

Tu es mon cadeau du ciel  Protectrice par ton amour

Tes baisers doux faits de miel  Sont ancrés en moi pour toujours

Adultes, j’ai raté quelques conseils  N’empêche, ton affection m’entoure
Maman ; Pour moi, tu as eu peur  Sans me le reprocher quand même

Tu m’as pardonné mes erreurs  Tout en restant toi même

Tu m’as gardé dans ton cœur  Sincèrement, tel un emblème

Tu te souciais de mes malheurs  Et moi j’étais comme une bohème

Oh! Maman soulage ma douleur  En te serrant contre mon cœur  En criant haut et fort en pleurs

Oh ! Maman je t’aime de tout mon cœur  Tu me donne le souffle pour grandir !


Et voici enfin le poème sous forme d'une très belle chanson pour toutes les mamans du monde :
Compositeur : +Sofia Iosseliani Auteur : +Austin Jack Interprète : Jean-philippe mattei 

Poème Amoureux : Femme

Tu es la plus splendide des femmes  L’air hautain quand tu scrutes le ciel  Tu épies les étoiles comme cherchant ce chemin  L’unique, vers ce cœur que le temps égrène  Sans gloire, désemparé, abasourdi, Tu l’inondes de soupirs et de gémissements  Cendres et poussières ressuscitent  Sous l’effet de tes yeux qui scintillent  Tu es la plus belle des femmes  Jamais sourire n’a quitté tes lèvres si douces  Qu’il vente ou qu’il pleuve, tes pas agiles, Sur l’asphalte tintent  Et les hommes accourent admirer cette reine  Que le matin irise et dédie généreusement  Tu es la plus sage des femmes bénies  Tes mots évanescents et permanents  Comme ce bel envol des papillons en extase  A l’horizon  Comme l’écume qui s’accumule chaque jour  Le long d‘une plage désertée, Assaillent le cœur et l’âme  De bout en bout  Epris d’amour  Je poursuis mon voyage, le seul, L’ultime, sous la brume épaisse, Les yeux vers le ciel A la conquête de ce regard qui m’éblouit Pas de rêves au-delà des mots Sans bouées, mes maux souillés Au milieu de…

Des millions d'arc-en-ciel : Poème révélant une sensibilité esthétique

Ces fines gouttes de piano qui chantent aux carreaux   Ce feu qui prend le ventre de silence et d'envie 
Comme un ouragan lançant son cri en silence  Comme un ange enfantant tendrement de ses eaux 
Chaque goutte d'eau bénite tombant ainsi du ciel  Offrant au regard pur cette vision éternelle 
Comme une mélodie enflamme tous les cœurs  Rêves de féerie d’éden en son bonheur 
Sur les courbes du temps en notes d'essentiel  Revenir un instant sur ces pleurs éternels 
Ces quelques larmes d'amour que nous offre le ciel Enfantant sur la terre des millions d'arc-en-ciel
Tous droits réserves ® Judith PITUSSI 
Deux clés, à savoir la sensibilité et la projection psychologique, nous paraissent efficaces pour bien lire ce nouveau texte de cette poétesse qui nous a habitués jusqu’ici à traiter les thèmes amoureux bien qu’elle n’ait été jamais loin dans ses écrits précédents du thème de la nature auquel elle consacre ce poème.
En effet dans le brossage de son état d’âme passionné e…

Poésie Narrative : Pendue sur un fil

Pendue  Sur un fil  Entre les nuages  Et la terre  Je demeure…  Invisible – Une petite araignée  Qui attend  Son train  En direction   Du ciel ou  De l’enfer, Le destin décidera  Du vent.
Pourtant  Je me bats Encore Contre les Courants Des éléments Déchaînés – La menace De tous les temps.
Je lâche parfois prise En me laissant Endormir Par le chant  Doux, Ensorceleur, Séduisant.
Il m’emmène Sur un tapis Volant Vers les contrées Lointaines Là, où il n’est Pas interdit De rêver, Où tout le monde S’aime  Où on n’entendra plus De rires  Sarcastiques D’hyènes Car elles Pleureront Sur mon cadavre Les amis qui suivent régulièrement mes commentaires de poèmes ne connaissent Monika Del Rio qu’à travers ses poèmes amoureux. Mais il leur est peut-être utile de savoir que cette auteure que je connais de près depuis la fin des années 90, vu que je lui avais traduit vers l’arabe trois livres parus tous en Tunisie , n’avait jamais abordé dans ses écrits des thèmes amoureux et que son intérêt pour ces thèmes n’a commencé qu’au cours de ces deux d…