Psychopathologie de l’amour

Ce soir encore je pense, je pense encore et toujours à cette même personne. Honnêtement je ne sais pas pourquoi j’y pense, peut être car tu as étais trop longtemps dans ma vie… La vie est faite de telle sorte qu’un beau jour, lorsque l’on s’y attend le moins, une personne arrive et modifie tout, elle emporte dès lors tout sur son passage.

Psychopathologie de l’amour
Psychopathologie de l’amour
Ainsi, chacun d’entre nous se laisse envahir, laisse une porte ouverte et laisse place à ce qu’on appellera  » l’amour ». L’amour c’est bien, c’est beau jusqu’au jour où cela cesse.

Aimer quelqu’un, c’est laisser la porte ouverte à une futur douleur. Ainsi la fin approche, tant bien que mal elle approche, on tente ainsi de ne pas la voir arriver et se dire que cela arrivera bien tard, mais c’est déjà là. Ainsi cette personne nous manques, le vide s’installe, ce qui pourrais sembler simple, semble tout à coup insurmontable, on est seul face au monde.

Certaine personne serrons là, vous diront qu’avec le temps tout s’arrange, or cela n’est pas vraie, le temps n’arrange rien, on apprend juste à vivre avec ce vide. Ce vide ferra donc partie de vous, et il vous collera à la peau comme une maladie.

Certaine personne aurons le don de se soigner au travers d’une autre personne, d’autre ne pourrons s’imaginer avec une autre personne que celle qu’ils ont aimé. Ainsi on passera du temps, à pleurer à refaire le monde, à tout modifier pour changer la fin qui est arrivé si vite. Mais il faut, cependant resté fort, il nous faut trouver la manière de souffrir le moins.

L’amour est une pathologie, une sorte de virus qu’on ne peut détecter et qu’on ne peut soigner.

Lorsque tout s’écroule, ce virus se propage dans tout notre être, il s’empare de nous, nous rendant inerte et vide de tout sens. Il ne nous reste ainsi que les souvenirs, des lettres, des odeurs… Mais la vie continue, la vie ne s’arrête pas il faut avancer même si c’est dur, il faut avancer le ventre serré, car quelqu’un plus loin nous attend, même si cela est impensable, nos erreurs d’hier nous apprendrons la vie de demain.

En tenant ce discours, je vous fais part de mon ressenti, j’ai commis des erreurs, j’ai souffert et j’espère pouvoir vous aider. Si votre amour fuit, retenez la ne la laisser pas partir, ne gâchez pas tous. Chaque jour elle me manque, elle me hante. Courage à chacun d’entre vous, la vie est faite de barrière, d’épreuves à surmonter, il vous faut trouver la façon la moins douloureuse d’avancer, la route sera longue mais ils vous faut avancer.

Ps : Tu me manques Hélène, je t’aime et t’aimerai probablement toujours.
Copyright © Théodose