Affichage des articles dont le libellé est Arabes. Afficher tous les articles

Consultez cette base de données de proverbes arabes ainsi que nos proverbes du Maghreb traduits en français.

Proverbes arabes traduits en français :

La lampe magique des arabes
❮ Proverbes des Arabes ❯

Les plus beaux proverbes des Arabes :

Notre dictionnaire proverbes et citation met en valeur nos meilleurs proverbes arabes :
  1. Allonge tes pieds en proportion de ton tapis.
  2. Cautionner est d'abord une générosité, puis un regret, enfin une obligation de payer.
  3. Ce que fait la main droite, la main gauche n'a pas à le savoir.
  4. Ce que l'injustice a bâti, Allah l'effacera.
  5. Ce que tu écris est ce qui te ressemble le mieux.
  6. Ce que tu ne veux pas laisser savoir à ton ennemi, ne le dis pas à ton ami.
  7. Ce qui est passé a fui; ce que tu espères est absent; mais le présent est à toi.
  8. Celui qui se donne la peine de frapper sa belle-mère doit lui fendre la tête.
  9. Chercher à se justifier quand on n'est pas coupable, c'est s'accuser.
  10. Dans la nuit noire, sur la pierre noire, une fourmi noire. Dieu la voit.
  11. Dieu nous donne des mains, mais il ne bâtit pas les ponts.
  12. Étendez vos pieds selon la couverture.
  13. Hâte-toi pour le bien, quand tu le peux ; car ce n'est pas à tout moment que tu le peux.
  14. Il n'y a pas de malheur pire que celui qu'on a.
  15. Il n'y a que Satan qui ait perdu tout espoir.
  16. Il y a deux sortes de gens : ceux qui peuvent être heureux et ne le sont pas, et ceux qui cherchent le bonheur sans le trouver.
  17. J'ai goûté bien des substances amères, et nulle ne l'est plus que de demander.
  18. Je donne une datte aux pauvres afin d'en goûter la vraie saveur.
  19. Je n'ai pas vu de nuit chaude en hiver, ni de cœur pur dans un ennemi.
  20. Jette le chanceux dans la rivière, il en ressortira avec un poisson dans la bouche.
  21. Jette ton coeur loin devant toi; et cours l'attraper.
  22. La beauté est une demi-faveur du ciel, l'intelligence est un don.
  23. La colère de vrai croyant ne dure que le temps de remettre son turban en ordre.
  24. La fatigue est la ruine du corps et l'inquiétude la faucille de l'âme.
  25. La mort d'une bonne action, c'est d'en parler.
  26. Là où la diplomatie a échoué, il reste la femme.
  27. La peine que l'on prend pour un ami est un repos.
  28. La raison des femmes est dans la partie de leur corps que cache la pudeur.
  29. La vengeance ne répare pas un tort, mais elle en prévient cent autres.
  30. La véritable mosquée est celle qui est construite au fond de l'âme.
  31. La vérité ne peut être contenue dans un seul rêve.
  32. La vie est un désert dont la femme est le chameau.
  33. L'aiguille ne contient pas deux fils, ni le cœur deux amants.
  34. L'ami de tout le monde est l'ami de personne.
  35. L'amour et la haine sont un voile devant les yeux : L'un ne laisse voir que le bien, l'autre que le mal.
  36. L'attente est plus dure à supporter que le feu.
  37. L'aurore a-t-elle besoin de flambeau pour être vue ?
  38. Le commencement de la dance est de faire des manières.
  39. Le destin pose deux doigts sur les yeux de l'homme, deux dans ses oreilles, et le cinquième sur ses lèvres en lui disant: "Tais-toi".
  40. Le Diable n'apparaît qu'à celui qui le craint.
  41. Le hasard vaut mieux que mille rendez-vous.
  42. Le mérite appartient à celui qui commence, même si le suivant fait mieux.
  43. Le monde est du côté de celui qui est debout.
  44. Le mot que tu retiens entre tes lèvres est ton esclave. Celui que tu prononces est ton maître.
  45. Le paradis de la terre se trouve entre les seins d'une femme, sur le dos d'un cheval, dans les pages d'un livre.   
  46. Le temps sera le maître de celui qui n'a pas de maître.
  47. Le trop de quelque chose est un manque de quelque chose.
  48. L'encre du savant est aussi précieuse que le sang du martyr.
  49. L'envie, c'est comme un grain de sable dans l'oeil.
  50. Les chiens aboient, la caravane passe.
  51. Les cimetières sont pleins de gens irremplaçables.
  52. Les yeux ne servent de rien à une cervelle aveugle.
  53. L'indigestion du riche est la vengeance de la faim du pauvre.
  54. L'odeur de l'enfant vient du paradis.
  55. L'oppression des parents est plus amère qu'un coup de sabre.
  56. L'optimiste regarde la rose et ne voit pas les épines; le pessimiste regarde les épines et ne voit pas la rose.
  57. Lorsque les capitaines sont plusieurs, le vaisseau chavire.
  58. Lorsque tu vins au monde, tout le monde était content et tu pleurais. Vis de telle sorte que lorsque tu mourras, tous pleureront et tu seras heureux.
  59. Mesure la profondeur de l'eau avant de t'y plonger.
  60. Mon cœur est pour mon enfant et le cœur de mon enfant est pour une pierre.
  61. N'aie pas confiance et ne cherche pas à avoir confiance, même dans le pays de la confiance.
  62. Ne dis pas tes peines à autrui ; l'épervier et le vautour s'abattent sur le blessé qui gémit.
  63. Ne jugez pas le grain de poivre d'après sa petite taille, goûtez-le et vous sentirez comme il pique
  64. N'ouvre la bouche que lorsque tu es sûr que ce que tu vas dire est plus beau que le silence.
  65. On est mieux assis que debout, couché qu'assis, endormi qu'éveillé et mort que vivant.
  66. Parle si tes mots sont plus forts que le silence, sinon garde le silence.
  67. Paroles du cœur vont au cœur, paroles de langue aux oreilles tout au plus.
  68. Plutôt que de se promener sur la rive et regarder le poisson d'un oeil d'envie, mieux vaut rentrer chez soi et tisser un filet.
  69. Pour bien aimer une vivante, il faut l'aimer comme si elle devait mourir demain.
  70. Quand on commence à compter, on ne s'arrête plus.
  71. Quand tu lances la flèche de la vérité, trempes la pointe dans du miel.
  72. Quand un chien vous aide à passer le fleuve, vous ne demandez pas s'il a la gale.
  73. Quelque soit l'ami que vous preniez, il faudra vous en séparer un jour.
  74. Qui mange seul s'étrangle seul.
  75. Qui s'instruit sans agir, laboure sans semer.
  76. Qui tue le lion en mange, qui ne le tue pas est mangé.
  77. Qui veut faire quelque chose trouve un moyen. Qui ne veut rien faire trouve une excuse
  78. Si ce que tu as à dire n'est pas plus beau que le silence, alors tais-toi.
  79. Si Dieu ne pardonnait pas, son paradis resterait vide.
  80. Si l'homme était un fleuve, la femme en serait le pont.
  81. Si tu as de nombreuses richesses, donne de ton bien ; si tu possèdes peu, donne de ton coeur.
  82. Si tu as la force, Allah le veut ; si tu as la force et si tu es bon, Allah est grand.
  83. Si tu es enclume, supporte ; si tu es marteau, cogne.
  84. Si tu n'as pas le temps, c'est que tu es déjà mort.
  85. Si tu ne peux être une étoile au firmament, sois une lampe dans ta maison.
  86. Si tu veux être obéi, donne des ordres raisonnables.
  87. Si tu veux que quelqu'un n'existe plus, cesse de le regarder.
  88. Sous la tente de l'Arabe, la foi donnée est toujours respectée.
  89. Suis le conseil de celui qui te fait pleurer, et non de celui qui te fait rire.
  90. Toutes choses sont difficiles avant que d'être faciles.
  91. Trois choses donnent la mesure de l'homme : La richesse, le pouvoir, l'adversité.
  92. Trois choses donnent la mesure de l'homme: La richesse, le malheur et le commandement.
  93. Tu es le maître des paroles que tu n'as pas prononcées; tu es l'esclave de celles que tu laisses échapper.
  94. Un bienfaiteur est celui qui me fait du bien, lors même qu'il ferait du mal à tout le monde.
  95. Un bon livre est un jardin que l'on transporte avec soi.
  96. Un grand parleur n'aime pas à en trouver un autre.
  97. Une fable est un pont qui conduit à la vérité.
  98. Une petite maison en ruine vaut mieux qu'un palais en commun.
  99. Une poignée d'abeilles vaut mieux qu'un sac de mouches.
📚 Consultez aussi nos proverbes classés par rubriques et par thèmes, où bien retournez au dictionnaire des citations.

Des poèmes et des lettres d'amour d'origine arabes, avec les traductions en français pour les comprendre plus facilement.

Littérature & Poésie arabe traduite en français :

Princesse, la Belle Femme Arabe Avec Voile
Poétesses d'expression arabe

Poème n°01 : Dans tes yeux ; mille ciels 

Et mon baiser 
Un pigeon 
Planant 
Tel une prière … une invocation …
Ö ornement verbal 
Sur le front du poème !
Ö printemps dont s’enveloppe ma nuit 
Chaque soir… !
Grâce à ton amour, 
La terre tourne dorénavant deux fois ,
Foisonnant de parfums et de désirs. 
Grâce à ton amour, 
Le sable des distances 
Édifie dorénavant des forteresses de rêves.
Grâce à ton amour, 
En ta présence les jardins 
Fleurissent chaque matin…
Et l’histoire se transforme 
En des pépites de saphir 
Que les prêtres sèment 
Dans les temples sumériens 
Chaque nuit de pleine lune.

Copyright © Mithaq Karim Roukabi. Poétesse irakienne
Cette poétesse est tenue prisonnière chez elle par son frère depuis quatre mois. Et pour la libérer, il n’y a qu’une seule condition : ne plus écrire de la poésie ! Mais elle tient bon !

Je t’aime…mille ans de jasmin
Je t’aime …autant de fois 
Que le nombre des vagabonds
Dans mon pays attristé
JE T’AIME …je la construis 
Sous forme d’une tour
Faite de larmes de pauvres 
Étanchant la soif des vieilles ruelles
Et lavant les péchés des guerres 
Tachées du sang des innocents 
J’ai tissé pour toi sept ciels de poésie 
Dont les portes sont faites de musc
Et gardées par une lune …
De la dynastie de ton visage…
Dans l’apside de chaque ciel il y a un verre
Et un moine dont les prières sont du vin 
Je t’aime…mille ans de débâcle …
Et de traîtrise dont vit mon pays 
Lorsque je t’écris le soleil se refroidit 
Et les temples entonnent des chants religieux
Composés par de la terre pétrie avec la pluie 
Toutes mes couleurs …sont tes yeux
Tous mes miroirs…sont ton âme
Et toutes mes aires …sont ton blé

Poème n°02 : Ton amour - ô mon maître !

 Sème l’alphabet 
Chaque soir 
Sur le tapis de prière de mon cœur
Nous lustrons les lettres ,
Les polissons 
Et les trempons 
Dans les récipients de la lumière argentée 
Puis avec les derniers fils des ténèbres 
Nous les libérons 
Sous forme d’essaims 
De papillons blancs .

 © Fatma Benfdhila. Poétesse tunisienne

Poème n° 03 : 

Mon cœur est aussi impuissant 
Que le fleuve 
Inaccessible à toutes les parties 
Et la chute creuse son cours 
De la fin de la source 
Jusqu’au début de la mer 
© Maya Sabah – poétesse syrienne

Poème n°04 : La terre des orangers 

Il y a quelque chose qui s’interpose entre moi et moi 
Je dis à mon corps :
Tu voles 
Ce désert est pour moi toute seule 
On dira :
La tempête l’a envahie 
La brise n’a aucune autorité sur elle 
Je pressentis :
Je suis la poussière 
Il y a un malentendu entre le sable et lui-même 
© Lana Almajaly – poétesse jordanienne

Poème n°05 :

Je t’aime le soir 
Et chaque fois que le jour 
Frappe avec ses soleils
A mes fenêtres
Et chaque fois que les oiseaux 
De mes yeux en pleurs
Se posent sur les paupières
Comme un amoureux passionné
Et sa mariée
© Afiaa AlAsadi – poétesse irakienne

Poème n°06 :

Ah si j’étais au bout de la nuit 
Une brise qui 
Parfois s’élève dans ta poitrine …
Parfois disparaît …
Parfois oscille… !
Ah si toutes les portes de la cité 
Se ferment 
Et une seule porte dans ton cœur 
S’ouvre !

© Maysoun Suidane , 
poétesse koweitienne

Poème n°07 : Avec quelle ténacité

 Les rêves résistaient au sommeil 
Pour que le matin ne se réveille pas !!
Je me vêtis de ce que l’armoire 
De mon désir ardent
Met à ma portée.
Non , mon corps n’était pas encore 
Trop soucieux …
Et la tristesse de la taille du souvenir 
Etait , il est vrai , molle …
Les miroirs souriraient-ils
Si je mettais l’habit de l’indulgence
Le jour du nouvel Aïd ?
Qui m’offrirait ici le cadeau festif des rêves ?
Puis m’inciterait à ne pas acheter une douleur
Pour que je ne dérange pas 
Les gens du quartier 
Avec la déflagration des larmes ? 
Qui me souhaiterait de sourire 
Puis tapoterait sur les épaules de l’absence 
Pour inciter le cœur de ma tristesse 
A acclamer à haute voix :
C’est le bon Aïd !
Photo de Qamar Sabri Jesem , la poétesse syrienne
© Qamar Sabri Jesem , 
Poétesse syrienne

Poème n°08 : 

 Je suis le seul jardin
Je suis le seul jardin 
Qui n’accueille pas avec enthousiasme 
Le cueilleur de ses roses 
Je suis le seul jardin 
Qui se referme sur le cueilleur de ses roses
Et le blesse 
Je suis le seul jardin 
Qui défend la face des roses.
Avez-vous connu maintenant 
Le secret des épines qui poussent
Sur les branches ?
© Imène Amara 

Poème n°09 : 

Ö mon Dieu ! Y’a-t-il un moyen pour perdre la vue ?
Pourquoi m’avez-vous créée pour voir ce que je vois :
Mort, Guerre, Haine
Et tout ce qu’il y a de douleur sur la Terre… ?
Ö mon Dieu ! D’où viennent à mes yeux ces visions ?
Une étoile autour de laquelle tout est en flammes !
© Furat Esbir – poétesse syrienne

Poème n°10 : 

Toi tu ne me reconnaîtras pas 
Lorsque je m’assiérai sur la chaise en plastique 
Et lèverai les jambes 
Je te parlerai avec tristesse  
Des figues volées du champ lointain 
De la lumière qui fait pénétrer seulement sa moitié 
Dans les bois avoisinants  
Je te donnerai des nouvelles 
De la maison moins âgée que moi  
De deux ans  
Mais qui décéda avant moi 
Et des fleurs tristes dans les papiers peints  
Sur ses murs écroulés 
Tandis que moi je jouais pieds-nus 
Avec ma mèche de cheveux 
D’une manière grossière 
Je te donnerai des nouvelles de tout 
De tout 
Sauf du nombre des lignes qui ont été rayées 
De mes papiers 
Les lignes dans lesquelles nous étions ensemble

© Intisar Doulib – 
poétesse arabo-américaine

Poème n°11: 

Ö maîtresse du vent manifestez-vous !
L’eau nous est devenue suspecte…
Et des nuées se sont alignées toutes ivres…
De secrets… Et d’excuses…
Les feuilles du mûrier se sont alors suicidées
Entre l’eau et le feu !!
© Tuqa Morsi – poétesse égyptienne

Poème n°12 : 

Au bout de ton attente 
Les saisons m’abandonnent à mon sort 
L’automne se vêtit de moi 
Le visage de la vie jaunit 
Et les feuilles de ma verdure 
Tombent…
Chagrin 
Après chagrin 
© Linda Abdelbaki 
poétesse syrienne.

Poème n°13 : 

Ö herbe poussant sur nos portes 
Mets ta missive entre mes mains 
Laisse-moi charger tes doigts de bagues 
Et mettre à ton cou 
Les amulettes de mes rêves 
Car je ne vois aucun autre vert que toi 
Couler sur ma chemise
© Nwal Alghanim  
Poétesse irakienne

Poème n°14 : 

Elle est excessive ta présence 
Malgré l’absence.
Comment la nostalgie 
Rapproche-t-elle les distances 
Faisant se lever  
Sur les rivages de ton âme 
Une gazelle 
Qui déverse sur moi ses matins 
Et les chansons
© Oumeima Ibrahim 
poétesse syrienne

Austin Jack

Fourni par Blogger.