Affichage des articles dont le libellé est Paris. Afficher tous les articles

Paris, toi notre cher Amour,
Jamais, jamais, je n’aurais cru
Qu’en cette nuit, ce triste jour,
Tu serais battue sans secours,
Violée dans plusieurs de tes rues !
La tour Eiffel à Paris le 13.11.2015
Alors coulez chaudes mes larmes,
Devenez sans tarder des armes,
Des balles de feu et de fer,
Incandescentes et incendiaires,
Rafales ciblées dans mes mains,
Pour jeter aux fonds des Enfers,
Tous ces ignobles assassins,
Erreurs flagrantes du Genre Humain !

Coulez, devenez symphonie,
Notes de musiques divines,
Accompagnez au Paradis
Tous ces innocents dans leur tombe,
Sur les ailes aimantes et câlines,
D’une douce et belle colombe !

Devenez au creux de mes paumes,
Un cataplasme qui embaume
Les déchirures des blessés,
Pour qu’ils se lèvent et crient : “ Assez !
En Orient, en Occident,
Au Nord, au Sud, c’est évident,
Partout sur les cinq continents,
A Paris, Alger ou à Rome,
L’Homme n’est pas fait pour tuer l’Homme ! “

Devenez souffles de tendresse,
Sur les cœurs meurtris en détresse,
De tous ces malheureux parents,
Bien incapables de comprendre,
Comment on a voulu s’en prendre
A leur cousin, à leur enfant,
Pourquoi on fait couler le sang,
Le sang sacré des innocents !

Coulez et devenez les flammes
De ces bougies sur les fenêtres,
Allumées, et qui sont peut être
Les esprits vivants et les âmes
Des disparus, de tous les êtres
Victimes de la violence infâme,
A Paris et partout ailleurs,
Tués sur le lit de l’Horreur,
Des flammes qui dansent malgré le drame,

Devenez graines de Raison,
De Sagesse en toutes saisons,
Qui germent enfin dans nos cerveaux,
Que puissent chanter à l’unisson,
Oubliant qu’ils furent rivaux,
L’Étoile, la Croix et le Croissant,
Main dans la main en avançant,
Chanter leur plus belle chanson,
Celle du rameau d’olivier,
Symbole d’Amour et de Paix !

Pour détruire enfin les prisons,
Pour ouvrir les cages des oiseaux,
La Terre est bien notre maison
Commune et c’est notre vaisseau
Dans des cieux mystérieux lointains,
Vers notre destin incertain ;
Nul ne peut dicter sa vision
Des choses, imposer son drapeau !

Pour que soient enterrées les armes,
Fleurissent des roses en surface,
Que les enfants de toutes races
Pourront s’offrir sans les alarmes
De la guerre, ses cris, ses angoisses !

Pour que la haine disparaisse,
La peur, la rancune et le stress,
Pour que meurt enfin la violence,
Que naisse une nouvelle existence,
Que le Règne de l’Homme commence,
Dans l’Union, la Fraternité,
Désormais pour l’Éternité !

…La mise à mort de l’Innocence
Prendrait peut être un peu de sens !
Alors Paris pleine d’Amour,
Pourra sécher ses larmes en crue,
Et le 13-11, ce triste jour,
Ne pourra plus hanter ses rues !
Copyright © Alim b

Vous aimerez peut être :

Non non non 
Non Paris non 
Sauf Paris 
Sauf l'Amour.
Poème sur paris et l'amour
Non Paris non 
Sauf Paris 
Aux beaux séjours 
Sauf les Lumières

Sauf Paris 
Capitale qui tolère 
Sauf la beauté

Sauf Paris 
Qui sait gouter

Sauf Paris
Sauf les Champs

Sauf Paris
Qui aime les chants

Sauf Paris
Sauf la Seine
Couronne des Reines

Sauf Paris
Sauf le Sacré Cœur
Sauf la ville des Fleurs

Sauf Paris
Sauf Saint Germain
Le brave des Saints
Sauf la Sorbonne 
La belle jolie nonne

Sauf Paris
Sauf la Sainte Dame
Sauf les belles Femmes

Sauf Paris
Sauf les braves jolis hommes
Sauf les battisses et Dômes

Sauf Paris
Sauf les Poètes
Sauf les belles têtes

Sauf Paris
Sauf la ville des Science
Sauf le serein silence

Sauf Paris
Sauf Paris
Sauf Paris ...

Je marchais d’un pas triomphant,
Mes pieds parfois se dérobent 
En songeant comme un enfant 
A comment lui retrousser la robe.
Découvrir Paris en bateau mouche par une croisières sur la Seine
Le désir me rend maladroit,
Tremblant, je deviens gauche.
J’adore toujours un endroit,
Le café de l'Avenue Fauche.

En longeant la Seine, à Paris
Un jour ensoleillé, il me semble,
Malgré quelques nuages gris
Content de se retrouver ensemble.

Au bord d'un bateau mouche 
Les coudes sur un banc en bois,
Mes chaudes lèvres sur sa bouche
Je l'enlaçais pour étouffer sa voix.

Dans un joli cabaret glamour
Je tiens à mémoriser une fresque
C'est là, que j'ai pu lui faire la cour.
Il faisait noir, c'est minuit…presque.

Ses yeux splendidement ouverts
Dans leur beauté très coutumière
Ils sont noirs, bleus ou verts 
Marrons à cause de la lumière.

Austin Jack

Fourni par Blogger.